Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Training time ▬ Mommy ♥
Invité





Training time


MOMMY AND SON

Tout se passait très bien depuis que la menace Valentin n'était plus de ce monde. C'était un soulagement et j'admirais le courage de Clary sur ce coup la. D'ailleurs il faudrait que j'aille la voir pour lui parler afin de savoir si tout va bien et évidemment la question sur le miracle de ma rune de parabataï disparue et revenue comme si de rien était. Je pose la tablette sur mon bureau. J'en ai marre de bosser. Malgré que Valentin ne soi plus la, que la menace a été en quelques sortes éliminé. Il s'est passer beaucoup de tragédie à l'institut de New-York en commençant par l'intrusion de Jonathan venu sous les traits de Sebastian, le fait qu'il a faillit tuer mon petit-frère et pour finir le divorce de ma mère accompagner de l'infidélité de mon père. Nos rapports ne sont d'ailleurs plus ce qu'ils étaient. Notre relation père/fils s'est dégrader, encore plus depuis qu'il sait qui je suis réellement et que je sors avec un sorcier. Je sais qu'il n'acceptera jamais que son fils soit homosexuel, mais je m'en fiche. Je me suis fais à cette idée. Je suis très heureux dans ma vie. Je n'ai jamais été aussi heureux et personne arrivera à gâcher mon bonheur. Je me suis trop longtemps privé et sacrifié. Cette époque est révolue pour de bon. J'en ai marre de faire semblant. J'ai besoin de m'exprimer et c'est d'ailleurs ce que j'ai fais. Magnus a été d'une grande aide comme toujours, mais j'ai pris tout le courage que je possédais au fond de moi pour faire ça. Je ne regrette absolument pas. Enfin bref, je passe une main dans mes cheveux. J'ai besoin de me détendre un peu et quoi de mieux qu'un petit entraînement. Cela me permettra de me défouler après cette journée. Je pars donc me changer, j'enfile ma tenue exprès pour m'entraîner. Je vérifie si je n'ai pas de messages sur mon téléphone, rien pour le moment. Je peux donc me détendre sans avoir peur que quelque chose surgisse, mais connaissant notre monde, cela ne m'étonnerait même pas si ça arrivait sans qu'on s'y attende. J'envoie un message à Magnus pour lui dire que je ne vais pas tarder, je range mon téléphone dans ma poche et je pars directement dans la salle d'entraînement observant les shadowhunters qui travaille durant le chemin pour me rendre jusqu'à la salle. En arrivant je tombes sur ma mère qui s'entraîne dur. Elle veut retourner sur le terrain. Je la comprends. Moi-même je n'ai plus trop le temps d'y aller à cause du travail que j'ai à l'institut et ça me manque quand même un peu même si j'adore mon job et que j'ai toujours rêvé de diriger un institut. Je m'approche doucement d'elle un sourire aux lèvres. "Tu t'entraînes dur à ce que je vois. D'ailleurs ça va t'es sûr ? Je peux t'aider si tu veux. Comme ça fait longtemps que tu ne t'es pas entraîné aussi intensément. Je suis la si tu as besoin de moi." Je m'approche moi aussi d'un mannequin en tissus. Je commence à taper dedans. Je n'ai plus trop le temps de m'entraîner comme avant, mais j'essaie toujours de prendre un peu de temps pour le faire afin de ne pas ramollir. Je ne veux pas oublier tout ce que j'ai appris à cause du boulot que j'ai. C'est pour cela que malgré ma fatigue je prends toujours un petit moment d'une heure pour me défouler et garder le rythme même si c'est pas comme avant. Je lève les yeux vers ma mère. "Comment tu vas sinon maman ? Je veux dire... moralement tout va bien ? Parce que tu peux me parler. Je serais toujours là pour toi tu le sais." Oui je m'inquiétais beaucoup pour elle. Elle a énormément souffert à cause de mon père et je voulais savoir si elle allait bien. Si son morale était bien la. J'étais très inquiet à l'idée qu'elle tombe dans une violente dépression à cause de cet enfoiré. Je suis tellement déçu et en colère. Je n'ai pas pu lui dire ce que je pensais réellement de lui, mais comme on dit. Les montagnes finisse toujours par se croiser. Je le croiserais bien un jour et ce jour là. Je lui ferais bien comprendre à quel point il m'a déçu. Malgré nos différents, ma mère est tout pour moi et je laisserais jamais personne lui manquait de respect même si cet homme est mon père.  

belle âme
Invité
avatar
Invité
Afficher
Dim 16 Sep - 17:02
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Trainning Time

It will take time but we will get there

Les dernières semaines avaient été quelque peu compliquées pour la matriarche des Lightwood. Les derniers événements avaient bien évidemment accentués les choses mais ce n’était la mort de Valentin que Maryse avait surmonté. Valentin était, maintenant, le cadet de ses soucis. Mort et enterré, le bonhomme n’était plus qu’un vague souvenir dans la tête de Maryse. Il avait été une grosse partie de sa vie, avait régit beaucoup d'événements depuis vingt ans et maintenant, tout était terminé. Mort et enterré, le bonhomme ne méritait plus qu’elle pense à lui.  En revanche, ce qui méritait réflexion c’était la situation dans laquelle elle se trouvait maintenant. Depuis qu’elle avait appris (ou réappris selon les points de vues) la tromperie de Robert, Maryse avait changé quelques petits détails de sa vie. Déjà, elle avait abandonné une partie de la politique. Elle avait décidé que ça n’en valait plus la peine. Passer son temps à redorer le nom des Lightwood n’était plus dans ses priorités. Ce n’était plus le sien. Du moins sur le papier. Le divorce avait été prononcé il y a peu, quelques jours tout au plus mais elle avait décidé, en accord avec Robert, de garder son nom de famille. Pour garder le même que ses enfants. Parce que ces derniers étaient devenus (redevenus) une priorité dans sa vie. Elle avait décidé d’arrêter le massacre. Arrêter de vouloir qu’ils réparent les erreurs qu’elle avait commises lorsqu’elle était jeune et d’assumer ses erreurs. Ce n’était pas évident, le chemin allait être long mais Maryse avait pris le bon bout. Elle avait commencé par s’excuser auprès de ses enfants. Admettre ses torts n’étaient pas quelque chose de facile et encore moins auprès des personnes auxquelles on tient. Mais c’était un passage nécessaire pour que les choses avances. Un passage qu’elle ne regrettait pas de faire.

Avant même que le divorce soit prononcé, Maryse avait décidé de quitter Idris et l’espace qui l’avait vu grandir. Elle ne pouvait plus décemment rester au même endroit que Robert et sa blonde et encore moins prétendre que tout allait bien. Alors après une longue discussion avec elle même et une bonne mise en perspective, Maryse avait décidé de regagner l’Institut de New-York. Elle en avait fait part au Conseil en leur faisait comprendre qu’elle ne leur laissait pas vraiment le choix et avait fait ses valises. Cela faisait quelques temps qu’elle était arrivée et retrouver l’Institut qui l’avait vu vieillir pendant 20 ans avait quelque chose de bon. Ca et le fait qu’elle s’était mise en tête de retourner sur le terrain. C’était quelque chose qui lui trottait dans la tête depuis un bout de temps maintenant et la procédure de divorce avait été le déclencheur. Elle en avait discuté avec Alec, actuellement directeur de l’Institut, et il avait été d’accord pour l’aider dans sa démarche. Vingt en dehors des combats pouvaient laisser des traces mais les réflexes revenaient rapidement et Maryse avait retrouver une maîtrise tout à fait acceptables de ses deux épées.

C’est d’ailleurs ce qu’elle était en train de faire en ce moment. S’entraîner. Si ce n’était pas avec des armes, Maryse tapait dans un sac de sable avec une détermination sans faille. Peut-être même qu’elle s’imaginait Robert à la place de son sac. Mais ça, elle ne l’avouerait peut-être pas. Du moins, pas à tout le monde. Peut-être même jamais qui sait? Dans tout les cas, c’est avec précision que Maryse frappe dans son punching ball. Concentré sur ses points de frappes, la mère de famille ne faisait pas vraiment attention aux personnes qui pouvaient circuler dans la pièce. Alors quand Alec s’adressa à elle, la chasseuse fut surprise. Surprise qui passa rapidement alors qu’elle baissait les mains pour se tourner vers son fils aîné. Depuis qu’elle avait annoncé que Robert la trompait, Alec avait été d’un soutien impossible et Maryse se demandait ce qu’elle avait bien pu faire pour mériter ça. Les dernières années n’avaient été que confrontation avec ses enfants et encore plus les dernières semaines avec l’histoire entre lui et Magnus. Alors parfois, Maryse se trouvait vraiment chanceuse d’avoir des enfants pareils et regrettait amèrement les dernières années. Un sourire s’étale sur le visage de la mère de famille lorsqu’elle entendit les paroles de son fils. Vraiment beaucoup trop chanceuse. En le regardant s’approcher de son propre mannequin, Maryse se demande comment elle a pu loupé l’évolution de son fils. Elle se souvenait encore de lui dans son couffin, posé sur le canapé de leur salon de l’époque. Elle se souvenait de ses premiers mots et de ses premiers pas. Et maintenant, c’était un beau et grand jeune homme qui lui proposait de l’aide dans son entraînement.

- Vingt années en dehors des combats laissent des traces , répondit alors la brune en prenant une pose dans ses frappes. Même si les réflexes et les souvenirs remontent, il me manque  la pratique, explique-t-elle alors qu’Alec devait très bien s’en douter. Mais ça fait du bien. Je n’avais pas imaginé que me battre m’avait tant manqué. Et je saurais me souvenir de ta proposition , sourit la mère de famille en attrapant sa bouteille d’eau pour en boire quelques gorgées. Mais je ne veux pas t’embêter, tu as déjà bien à faire avec l’Institut. Je sais comment c’est, j’ai été à ta place. Tu n’as sûrement pas le temps pour t’occuper de ta vieille mère qui pense pouvoir retourner sur le terrain.

La dernière phrase avait été prononcée avec de l’humour dans le ton mais le fon des paroles était pensée par Maryse. Pourquoi Alec prendrait-il du temps pour elle alors qu’elle n’en a pas pris pour lui ces dernières années ? De toute façon, les questions en rapport avec ses enfants avaient toutes la même tournure : pourquoi lui pardonneront-ils? Alors que ses pensées s'obscurcissaient un peu, la voix d’Alec résonna de nouveau dans la pièce et Maryse se reconcentra sur son aîné. En premier lieu, Maryse se contenta de hausser les épaules. Parce qu’elle ne savait pas trop quoi répondre à son fils. Elle n’allait pas si bien que ça mais était-il nécessaire qu’il en soit informé ?

- Je sais Alec. Et parfois je me demande pourquoi et comment tu fais, finit-elle par répondre, préférant jouer sur la sincérité. Mais pour répondre à ta question… C’est pas la grande forme. Du moins la-dedans , dit-elle alors qu’elle tapotait sa tempe droite. Tirer un trait définitif sur vingt-ans de sa vie, c’est pas facile. Le divorce est prononcé, on nous regarde de travers avec Robert et on parle dans mon dos pour les dernières décisions que j’ai prise. J’ai envie de dire que ce sont des choses normales dans une situation comme la nôtre. Ton père facilite également les choses avec son comportement donc finalement, je n’ai plus vraiment de regrets par rapport à cette histoire, souffle Maryse en baissant les yeux vers le sol.

Si on connaissait Maryse comme Alec la connaissait, on pourrait voir les larmes briller dans les yeux de la brune. Larmes qu’elle refoula rapidement avant de relever la tête pour regarder son fils.

Awful
Invité
avatar
Invité
Afficher
Jeu 4 Oct - 17:58
Revenir en haut Aller en bas
Sauter vers: