RSS
RSS



 

[1952] I'm lost without my family - ft. Nymeria

Sujet: [1952] I'm lost without my family - ft. Nymeria   Sam 6 Oct - 11:45

Tessa Gray-Herondale
Warlock in town
Date d'inscription : 26/09/2018
Messages : 253
Pseudo : Choupinette
Autres Comptes : + Calypso Cifuentes + Anakin S. Redfield
Crédits : avatar: @angie gif: tumblr
Suit : L'Enclave
Emploi/loisirs : Professeur d'étude des Charmes à l'Institut de New York
Localisation : Manhattan, une maison, très ancienne, qui appartenait à sa tante
Orientation Sexuelle : Hétérosexuel(le)
Avec :
Preuve à l'appui : [1952] I'm lost without my family - ft. Nymeria Original
Scenarii :
Liens :
[1952] I'm lost without my family - ft. Nymeria Tumblr_p705zdsROk1wxdmrbo2_500
Jace Herondale + le dernier membre de sa famille encore en vie, celui qui lui a redonné de l'espoir, et qui la rend fière à travers ses actes.

[1952] I'm lost without my family - ft. Nymeria 921bbb1faa09e3a91b3d2cbd7c20a334
Magnus Bane + l'un de ses plus vieux amis, qu'elle n'a pas vu depuis des années, et qu'elle est bien heureuse de retrouvée à New York. Elle a une entière confiance en lui, et l'a toujours trouvé de bon conseil

[1952] I'm lost without my family - ft. Nymeria Source
Céline Herondale + uc.

I’m lost without my family
Nymeria & Theresa
Ça avait été une chose, de perdre son mari, il y a une vingtaine d’année. La douleur était toujours présente, l’isolement de Tessa n’avait pourtant pas été bien grand. Ses enfants, à l’époque, étaient rapidement venus la voir pour prendre soin d’elle, pour lui montrer qu’elle n’était pas seule. Ses bébés, qu’elle avait élevée, dont elle avait pris soin pendant des années, et qui lui rendaient la pareille quelques années plus tard. Ses enfants, dont il était leur tour de partir aujourd’hui. Son fils avait été le premier à rejoindre son mari. La brune se souvenait des cris survenus soudainement dans l’Institut. Mort en mission. Tessa avait quand même eu l’occasion de lui dire au revoir, vu qu’il s’était éteint à l’Institut. Et aujourd’hui, c’était sa fille qu’elle venait de perdre. Sa princesse, qui était tombée malade, l’année précédente. Elle était restée à ses côtés, les médecins avaient été confiants, les Frères Silencieux lui donnaient encore quelques années de vie. Mais c’était oubliée qui était Lucie. La fille de son père, du genre à travailler comme une acharnée sans se soucier des conséquences que ça pourrait avoir sur son corps. Elle s’est fatiguée, jusqu’à l’instant où elle ne pouvait plus se lever.

Cela ne faisait que quelques heures qu’elle avait rendu son dernier souffle. Entourée de sa famille. La veuve Herondale s’était retrouvée avec ses petits-enfants, en larmes, dans les bras. Elle était restée un peu avec eux, avant de décider de s’isoler. Quitter Londres, se rendre dans la maison de campagne des Herondale. Elle s’était aventurée dans la forêt derrière la maison, jusqu’à cette clairière où ils avaient l’habitude de pique-niquer en famille, quand ils venaient ici. Cet endroit était plein de souvenirs. Douloureux. Du moins ils l’étaient maintenant, parce qu’ils avaient été heureux, quand elle n’était plus la seule à être encore là.

Elle s’était assise dans l’herbe, passant ses doigts entre les brins, s’imprégnant de l’odeur ambiante, qui lui rappelait des choses. Un sourire effleura ses lèvres, avant que les larmes ne commencent à couler sur ses joues. Elle avait tellement mal qu’elle avait envie de hurler. Mais ça ne lui ressemblait pas. Pourtant elle se sentait tellement détruite. Oh, être immortelle, ça semblait cool, en soi. Mais au final, elle se retrouverait seule. Son mari, ses enfants. Dans quelques années, ce serait ses petits-enfants qu’elle allait perdre. Et leurs enfants. C’était sans fin, une éternité de douleur, qu’elle ne se voyait clairement pas affronter, encore moins maintenant.


family
Herondale will be always here for each others ▬ no matter who, no matter what happend
Sujet: Re: [1952] I'm lost without my family - ft. Nymeria   Sam 6 Oct - 18:38

Nymeria
The truth is the best lie
Date d'inscription : 15/09/2018
Messages : 71
Pseudo : Nîniel
Autres Comptes : Anastasia Wayland
Crédits : (c) Danderion (avatar) - (c) Nîniel (signature)
Suit : Ses Propres Lois
Localisation : Jamais très loin de Central Park
Orientation Sexuelle : Bisexuel(le)
Scenarii : Mon cher Connor Gibson, cet homme me cherchant depuis des années alors que je suis juste sous son nez.
Liens : We transform the world together
I'm lost without my family Étrangement, Nymeria appréciait cette vie de vagabonde qu’elle avait. Elle qui avait passé ses premiers siècles sans jamais quitter son Loch écossais, elle avait dû le quitter suite au massacre qu’elle avait mené avec les siens. Œil pour œil, dent pour dent, avait été une bien maigre expression pour illustrer ses raisons, alors que seule la vengeance l’avait poussé à faire ce qu’elle avait fait. Et avoir causé de nombreux morts n’avait pas calmé la soif de haine de la fée qui ne s’en était pas arrêté là. Bien qu’elle ait pu revenir chez elle entre temps, elle n’y était restée. C’était bien trop dangereux alors qu’elle avait violé les réglementations qui permettaient au petit peuple de vivre en paix. Ces réglementations dont la Kelpie avait horreur… Elle ne pouvait pas comprendre comment les Créatures Obscures, et les siens, pouvaient se plier à une telle humiliation alors qu’ils pourraient avoir la force de renverser cet Enclave de misère. Les idées de la blonde étaient des plus arrêtés à ce sujet, mais seule… elle ne pouvait rien faire.

Alors la fée agissait seule. Elle avait pris cette décision de ne pas mettre les siens en danger en prenant seule la responsabilité de ne pas suivre les règles qui lui étaient imposées. Et elle était arrivée là, dans ce pays voisin au sien et qui formait un tout. Nymeria se fondait dans cette époque n’étant pas la sienne, s’étant créé une identité qui s’avérait être véritable pour des petites années à venir. C’était son moyen de passer inaperçue pour mieux frapper parmi les terrestres. Se créer une identité et la jouer. Laisser croire qu’elle était parfois cette douce et naïve jeune femme envoyé par ses parents pour épouser un courtisan, qu’elle pouvait être la fille de cet homme écossait mort au combat. Jamais aucun mensonge ne franchissait ses lèvres alors qu’à chaque fois, elle éludait la réponse en noyant la vérité nous d’infimes détails.

Mais là, Nymeria n’avait rien à dire, rien à prouver. Elle errait seule, ayant besoin de ne plus se sentir parmi ces terrestres qu’elle haïssait, ne pas avoir à craindre de croiser la route d’un de ces chiens de l’Enclave pouvant connaître son identité. Qui étaient-ils donc pour se proclamer supérieur à tous, eux incapable de connaître la pureté des mots, n’hésitant pas à profaner leur promesse par des mensonges enlevant toute sincérité à leurs dires. Voilà sur quoi elle maudissait alors qu’elle s’enfonçait sans faire des plus attention dans cette forêt où elle ne pouvait s’imprégner de son élément. Entendre dire par les enfants que les fées aimait l’abri des arbres la faisait doucement rire. Nym’ avait vu de nombreuses représentations concernant ce peuple étant sien où les terrestres partaient de la croyance qu’ils étaient de minuscules êtres dotés d’ailes. C’est peut-être pour cela qu’elle pouvait paraître si démoniaque sou sa véritable forme… Qui irait croire qu’une fée pouvait être cachée sous l’amas d’algues qu’elle était ?

Seulement ce n’était pas un amas d’algues, mais la jeune femme qu’elle laissait apparaître qui mis un pied dans cette clairière. En approchant, elle n’avait pas pensé un instant rencontrer quelqu’un, ni même une personne dans un tel état. Rien que la voir ainsi, dans l’herbe à sangloter, Nymeria sentait la lourdeur de l’air qui accompagnait un tel chagrin. La fée en était exaspérée alors même qu’elle ne connaissait pas les raisons d’un tel état d’âme. Et la jeune femme étant ce qu’elle était, son exaspération passa dans sa voix sans qu’elle ne cherche à amoindrir ses propos.

« Larmoyer ne calme aucune peine. Ce n’est que faiblesse dont bien des personnes peuvent s’en servir pour vous battre et vous asservir. »

Dédain et manque de compassion étaient présent dans l’intonation de la Kelpie. Malgré sa bouille innocente, Nymeria en était tout le contraire et la franchise était sa signature. Chercher à paraître attendrissant pour amoindrir la peine lui semblait inutile. Mieux valait l’accepter que chercher à se cacher la vérité et pleurer quelque chose qui ne saurait changer.

« Se relever pour ne pas se laisser abattre et le seul moyen de ne pas paraître faible. »

Elle aurait pu se taire, stopper son discours cinglant pour continuer sa route et ses médisances, mais elle trouvait pitoyable de voir les terrestres et autres peuples de ce monde se lamenter.
© CRIMSON DAY


Life changed for me, the moment I realised
Nothing in this world scares me, as much as I scare myself

Sujet: Re: [1952] I'm lost without my family - ft. Nymeria   Lun 8 Oct - 15:38

Tessa Gray-Herondale
Warlock in town
Date d'inscription : 26/09/2018
Messages : 253
Pseudo : Choupinette
Autres Comptes : + Calypso Cifuentes + Anakin S. Redfield
Crédits : avatar: @angie gif: tumblr
Suit : L'Enclave
Emploi/loisirs : Professeur d'étude des Charmes à l'Institut de New York
Localisation : Manhattan, une maison, très ancienne, qui appartenait à sa tante
Orientation Sexuelle : Hétérosexuel(le)
Avec :
Preuve à l'appui : [1952] I'm lost without my family - ft. Nymeria Original
Scenarii :
Liens :
[1952] I'm lost without my family - ft. Nymeria Tumblr_p705zdsROk1wxdmrbo2_500
Jace Herondale + le dernier membre de sa famille encore en vie, celui qui lui a redonné de l'espoir, et qui la rend fière à travers ses actes.

[1952] I'm lost without my family - ft. Nymeria 921bbb1faa09e3a91b3d2cbd7c20a334
Magnus Bane + l'un de ses plus vieux amis, qu'elle n'a pas vu depuis des années, et qu'elle est bien heureuse de retrouvée à New York. Elle a une entière confiance en lui, et l'a toujours trouvé de bon conseil

[1952] I'm lost without my family - ft. Nymeria Source
Céline Herondale + uc.

I’m lost without my family
Nymeria & Theresa
Maintenant que ses larmes avaient commencées à couler, Tessa avait l’impression qu’elle n’arriverait pas à s’arrêter un jour, et qu’un élan de tristesse allait la poursuivre pendant toute son éternité. Ou jusqu’à ce qu’elle ne meurt tout simplement de faim. Elle ne pleurait pas seulement la mort de sa fille, mais bien celle de son mari et de son fils aîné aussi. Elle ne l’avait pas fait à la mort de ces derniers. Elle ne l’avait pas fait parce qu’elle était encore une mère, et qu’elle avait encore un enfant à soutenir. Etre forte pour ses proches. Elle l’avait toujours été, mais à cet instant, elle en était fatiguée. Fatiguée de devoir être forte, fatiguée de ne montrer aucune émotion, d’être à la hauteur de ce qu’on attendait d’elle. La brune avait déjà vécu deux vies. Seulement deux vies pour certains immortels, et elle se demandait d’ailleurs comment ils faisaient pour continuer à vivre après de tels drames. Après, elle savait que les sorciers n’avaient pas d’enfants. Elle était la seule à en avoir eu, et elle avait toujours cru que c’était une bénédiction. Maintenant elle avait l’impression de se trouver face à une malédiction.

La veuve Herondale ne s’attendait pas à entendre une voix dans cette vaste clairière derrière sa maison de campagne. Elle avait alors relevée le regard, sans essuyer ses larmes, pour se retrouver face à une créature dont elle connaissait bien l’origine. Une fée. Quelle race de fée, elle n’en savait strictement rien, et honnêtement, à cet instant, ce n’était pas quelque chose qui l’intéressait spécialement. Elle voulait juste pleurer la mort de ses enfants et de son mari en paix, chose qui n’avait pas l’air d’être très familier à la jeune femme qui se trouvait face à elle. Et étrangement, cela la rempli encore plus de tristesse. Les gens qui n’avaient pas eus la chance de connaître le bonheur qu’elle avait eu avec sa famille lui faisaient toujours de la peine. Tout le monde méritait de vivre ce genre de choses, d’être heureux, entourés de gens qu’ils aimaient. Mais le monde était fait tel que ce concept était devenu un privilège.

« La cause de ma peine n’est, malheureusement pour eux, plus utilisable pour me nuire. »

Sauf si, bien entendu, on s’en prenait à ses petits-enfants. Mais ils vivaient certainement trop loin pour l’instant, et beaucoup trop en sécurité. De toute manière, les Chasseurs d’Ombres étaient tous en danger, peu importe quelle était la famille qui les entourait. Cela faisait partie de leur métier, d’une certaine façon. De leur vie. Nombreuses avaient été les fois où Tessa s’était inquiétée en ne voyant pas son mari ou ses enfants rentrer de mission. Nombreux étaient les corps de Nephilim qu’elle avait vu être rapportés à l’Institut après un combat échoué. La mort faisait partie de leur quotidien, depuis des siècles, et jusqu’à leur extinction.

« Avez-vous des enfants, membre du peuple des fées ? »

La sorcière ne disait pas cela de façon médisante. Enormément de respect se faisait d’ailleurs entendre dans sa voix. Elle ignorait juste le prénom de son interlocutrice, qui devait bien ignorer qu’elle n’était pas une simple Terrestre. L’avantage de sa condition était que personne ne savait vraiment ce qu’elle était si elle ne le communiquait pas.


family
Herondale will be always here for each others ▬ no matter who, no matter what happend
Sujet: Re: [1952] I'm lost without my family - ft. Nymeria   Mar 9 Oct - 22:05

Nymeria
The truth is the best lie
Date d'inscription : 15/09/2018
Messages : 71
Pseudo : Nîniel
Autres Comptes : Anastasia Wayland
Crédits : (c) Danderion (avatar) - (c) Nîniel (signature)
Suit : Ses Propres Lois
Localisation : Jamais très loin de Central Park
Orientation Sexuelle : Bisexuel(le)
Scenarii : Mon cher Connor Gibson, cet homme me cherchant depuis des années alors que je suis juste sous son nez.
Liens : We transform the world together
I'm lost without my family Nymeria n'était pas de ces fées au grand cœur. Bien au contraire, elle était plus dans le genre sarcastique à refuser de croire au rêve du beau prince charmant et de la famille heureuse. Pour un être de l'eau, elle s'avérait être très terre-à-terre et cela n'était pas sans raison. Après avoir passé des années à jouer le jeu de la briseuse de rêve, elle avait connu le mal que cela faisait et avait décidé de ne plus laisser quelconques envolées lyriques la perdre. C'était trop cher payer que de se voir ramener à la réalité et c’était ce que semblait vivre la personne avec qui elle n'avait pas vraiment eut de douceur dans ses propos. La kelpie ne connaissait nullement la raison des larmes se frayant un passage sur la peau de cette femme et elle n’avait pas cherché à en savoir plus avant de laisser les mots percer ses lèvres. La fée était ainsi et c’étaient certainement ses siècles de vie qui justifiait de tels propos, mais elle ne cherchait plus à se soucier des autres et laissait sa pensée défiler, sans filtre ni masque. À quoi bon aurait-elle adouci ses propos ? La vérité était telle quelle et telle était la signature du petit peuple des créatures obscures. Seule la plus pure des paroles pouvait franchir la barrière des lèvres.

Pourtant, elle fut surprise de ses propos attrister un peu plus cette inconnue qu’elle n’identifiait pas. Il y avait une aura étrange, nullement celle des terrestres, mais une aura qu’elle n’avait pas pour habitude de côtoyer. Nymeria se méfait de toutes créatures se différenciant des humains, mortels et stupides, ne sachant jamais sur qui elle allait tomber. La fée était au courant qu’elle n'était jamais en sécurité là où elle allait, et c’est pour cela qu’elle gardait cette apparence similaire à celle de ceux qu’elle méprisait. Drôle d’ironie.

La réponse de l’inconnue laissa la fée en pleine réflexion et un léger sourire empli d’amusement avait pris position sur son doux visage. Ce n’était pas de l’amusement lié au sous-entendu, mais à la formulation de la phrase qui formait comme une énigme. Elle qui aimait tenir de tels propos, la voilà à devoir en décrypter et son esprit cherchait déjà la signification de cette « cause ». Nul besoin de posséder un fort potentiel pour en deviner une partie, mais la blonde s’amusait a essayer d’y déceler la stricte vérité dans son hypothèse.

« Détrompez-vous, il est toujours possible de s’en servir comme d’une arme. Le monde est fait d’illusion et ces illusions portent des coups mortels. »

Nymeria avait bien compris qu’elle parlait de défunts et c’est là-dessus qu’elle jouait dans ses propres propos. L’inconnue n’était pas humaine, il restait alors que peu de possibilité sur sa nature. Et le monde étant empli de mystère, se saisir de ses pensées pour la blesser restait des plus simples pour quiconque maîtrisaient cela. Heureusement pour elle, ce n’était pas le cas de la fée qui n’était pas d’humeur à jouer avec les esprits.

Et puis il y avait aussi cette autre question qui intercédait dans les pensées de la kelpie. La question des enfants donnant une famille… Pour celle qui voyageait continuellement seule, cette notion restait taboue. Elle refusait d’en fonder une et la sienne, celle qu’elle considérait comme les siens, se résumait à ces êtres si similaires à elle. Elle n’avait plus de réelle famille. Ses frères, ses sœurs, ils avaient été exécutés par des Chasseurs d’Ombre peu de temps après son massacre en Écosse. Ses parents n’étaient plus depuis bien longtemps et ne restait que des kelpies qu’elle avait pris sous son aile avant de quitter son Loch afin de les protéger. Peut-être avait-elle agi comme les deux fées l’ayant mis au monde, mais cela, elle ne le saura jamais, ces deux personnes ayant disparus du jour au lendemain.

« Les enfants ne sont qu’un poids nous empêchant d’exister. Des êtres qui nous rendent plus faible par leur propre vulnérabilité. Je n’en ai guère et jamais je n’en aurais tant qu’ils ne pourront pas vivre libres de toutes entraves. »

L’avis semblait un peu fort, mais c’était la conclusion qu’en avait tiré Nymeria après avoir été témoin de l’évolution des mœurs. Les fées avaient beau prêter toute leur attention à leur progéniture, allant même jusqu’à les faire élever par d’autres, la blonde ne voyait pas l’intérêt de fonder une famille alors même qu’elle ne pouvait nourrir sa nature propre de par ces maudites lois de l’Enclave.

« Estimez-vous heureuse. Si c’est la perte d’un enfant qui vous rend ainsi, alors plus personne ne pourra les menacer afin de vous causer du tort. »
© CRIMSON DAY


Life changed for me, the moment I realised
Nothing in this world scares me, as much as I scare myself

Sujet: Re: [1952] I'm lost without my family - ft. Nymeria   Jeu 11 Oct - 10:51

Tessa Gray-Herondale
Warlock in town
Date d'inscription : 26/09/2018
Messages : 253
Pseudo : Choupinette
Autres Comptes : + Calypso Cifuentes + Anakin S. Redfield
Crédits : avatar: @angie gif: tumblr
Suit : L'Enclave
Emploi/loisirs : Professeur d'étude des Charmes à l'Institut de New York
Localisation : Manhattan, une maison, très ancienne, qui appartenait à sa tante
Orientation Sexuelle : Hétérosexuel(le)
Avec :
Preuve à l'appui : [1952] I'm lost without my family - ft. Nymeria Original
Scenarii :
Liens :
[1952] I'm lost without my family - ft. Nymeria Tumblr_p705zdsROk1wxdmrbo2_500
Jace Herondale + le dernier membre de sa famille encore en vie, celui qui lui a redonné de l'espoir, et qui la rend fière à travers ses actes.

[1952] I'm lost without my family - ft. Nymeria 921bbb1faa09e3a91b3d2cbd7c20a334
Magnus Bane + l'un de ses plus vieux amis, qu'elle n'a pas vu depuis des années, et qu'elle est bien heureuse de retrouvée à New York. Elle a une entière confiance en lui, et l'a toujours trouvé de bon conseil

[1952] I'm lost without my family - ft. Nymeria Source
Céline Herondale + uc.

I’m lost without my family
Nymeria & Theresa
Tessa gardait sa sagesse, même dans sa peine. Cela devait être dans sa nature, de rester sage. Elle avait souvent dû l’être au cours de sa vie, surtout une fois qu’elle fut mariée. William avait été connu pour son impulsivité et sa façon de frapper avant de discuter. La brune avait empêché de nombreux conflits en le raisonnant au fil des années. Ça lui manquait d’ailleurs de faire ça. Parler avec son mari, poser une main sur son épaule au cours d’une discussion pour le calmer. Son époux lui manquait, plus qu’elle ne voulait bien l’admettre ou même le montrer. Il avait partagé sa vie pendant tellement d’années qu’elle avait eu du mal à s’habituer à vivre à nouveau seule. Sa famille avait été le centre de sa vie pendant longtemps, et elle l’était d’ailleurs encore. Elle n’était pas la seule à avoir perdue quelqu’un. Ses petits enfants avaient perdu leur mère, et mine de rien, ils avaient besoin d’elle. Même si elle s’accordait un temps pour pleurer, elle ne pourrait pas le faire éternellement. Elle n’était pas assez égoïste pour ça, et elle avait toujours pensée aux autres avant elle, ce n’était pas maintenant qu’elle allait changer.

Un sourire effleura les lèvres de la brune en entendant son interlocutrice lui parler d’illusions. Si elle savait face à qui elle se trouvait. Les illusions, Tessa les connaissait très bien. Après tout, elle n’était pas la fille d’un démon Eidolon pour rien. Elle était métamorphe, et s’était servi de nombreuses fois de son pouvoir, pour essayer de faire le bien. Même si elle n’allait pas très souvent sur le terrain, mais parfois cela était nécessaire. Elle n’aimait pas des masses se servir de ce pouvoir-là. Prendre la place de quelqu’un d’autre était quand même assez dérangeant. Prendre l’apparence de quelqu’un de mort et vivre la fin de sa vie était aussi une chose très douloureuse et difficile à supporter psychologiquement. Heureusement que l’idée de le faire avec ses enfants et son mari pour savoir s’ils avaient souffert ou non ne lui était pas passé par la tête. Là, elle aurait certainement été bonne à internée.

« Toutes les illusions ne sont pas malsaines. »

Et là, elle parlait bien d’elle. Mais la fée ne l’interpréterait certainement pas de la même manière. Cette discussion l’amusait beaucoup, en réalité. Tout le monde disait que les fées étaient les reines de la manipulation, mais la brune n’en était pas à son premier essai non plus. Même si elle n’aimait pas spécialement faire ça, parfois, dans ce genre de situations, ça pouvait être particulièrement intéressant. Tout comme la discussion de manière général. La façon de penser de cette fée était bien différente de la sienne, voire drastiquement opposée.

« Les enfants nous permettent aussi de nous rendre plus fort. Ils nous poussent à faire les choses bien, pour leur construire un monde meilleur. »

En devenant mère, Theresa s’était battue de nombreuses fois pour améliorer la vie de ses enfants auprès de l’Enclave. Elle ne s’était pas laissée abattre, tout comme elle avait soutenu ses enfants au cours de leur vie pour leur permettre de devenir quelqu’un. Et ça avait été une grande fierté pour elle que de les voir fonder leur propre famille et être épanouie dans leur vie personnelle et professionnelle. Ils avaient été heureux, et c’était certainement ce qu’il y avait de plus important à ses yeux.

« Ils trouveront toujours quelqu’un d’autre pour me menacer. Ma famille ne s’arrête pas simplement à mes enfants. »

Et ses attaches ne s’arrêtaient pas simplement à sa famille. Elle n’avait qu’à compter les Carstairs pour se retrouver avec un entourage élargit de façon assez impressionnante. D’ailleurs, elle n’était pas partie rendre visite à Jem, et ce dernier allait très certainement lui en faire la remarque. Même s’il savait qu’elle insisterait pour qu’il s’occupe personnellement de l’enterrement de sa fille, tout comme elle l’avait fait pour William et James.


family
Herondale will be always here for each others ▬ no matter who, no matter what happend
Sujet: Re: [1952] I'm lost without my family - ft. Nymeria   Lun 15 Oct - 19:46

Nymeria
The truth is the best lie
Date d'inscription : 15/09/2018
Messages : 71
Pseudo : Nîniel
Autres Comptes : Anastasia Wayland
Crédits : (c) Danderion (avatar) - (c) Nîniel (signature)
Suit : Ses Propres Lois
Localisation : Jamais très loin de Central Park
Orientation Sexuelle : Bisexuel(le)
Scenarii : Mon cher Connor Gibson, cet homme me cherchant depuis des années alors que je suis juste sous son nez.
Liens : We transform the world together
I'm lost without my family Les mots pouvaient être des poisons et Nymeria le savait parfaitement. Et pourtant, elle laissait ces mots parfois blessants être prononcés, sans jamais réellement faire preuve d'empathie. Pourquoi le ferait-elle pour des personnes qu'elle méprisait ? La fée n'avait de réelle considération que pour ses confrères et consœurs et non pour ceux dont elle ne connaissait réellement le fonctionnement. C'était peut-être faire preuve de fermeture d'esprit que de penser ainsi, mais telle avait été l'éducation de la Kelpie qui avait cependant essayé d’être plus visionnaire avant de se faire tromper. Alors elle s’était refermée, ne partageait plus le ressentie des autres et cette tristesse, qu’elle voyait chez cette inconnue, la laissait de marbre. Nymeria restait fidèle à cette poupée de porcelaine qu’elle renvoyait.

Mais ce visage ne resta pas bien longtemps de porcelaine, alors qu’il se fendit d’un sourire. Les illusions… Il n’y avait rien de plus malsains aux yeux de la fée alors qu’elles étaient la définition même de l’inatteignable. Nymeria eut cette sensation de faire face à une extrême naïveté alors que la réalité partait d’une simple contradiction d’idée.

« Les illusions ont pour nature de nous faire oublier ce que l’on ne pourra jamais avoir, à moins d’être prêt à faire de grands sacrifices. Elles ne sont pas réelles dans le seul but de nous tourmenter. »

La jeune femme avait réussi à retenir le mépris dans sa voix à son grand étonnement. Elle aurait pu briser cette fameuse affirmation, mais avait manié un peu plus de tact en pesant le choix de ses mots. Seulement, ce n’était pas une volonté d’empathie qui avait fait agir ainsi la fée, mais la volonté de ne pas prendre position. Elle exposait un fait réel, basé sur ses propres expériences effectuées quand elle berçait les terrestres de ces fameuses illusions, mais pas un moment elle ne comptait laisser son avis sortir. Prendre position était bien trop dangereux quand seule la vérité pouvait sortir, mais c’était un jeu où Nymeria adorait participer.

Cependant, elle ne retint pas son ricanement en entendant parler de monde meilleur. Elle pouvait bien le voir, depuis les siècles qu’elle passait à parcourir ce monde, il était pourri jusqu’à la moelle. Ce n’était pas un monde bienveillant qui existait et la fée ne croyait pas en cette possible existence.

« Une nouvelle illusion dont chaque parent se berce… Les terrestres sont insatiable, leur vision du meilleur est obscurcie par leurs exigences propres et personnelles et ce sont leurs enfants qui nourrissent ces exigences. Ils sont l’infection qui finira par tuer ce monde. »

C’était des propos dur, mais justes pour celle ayant décidé de ne jamais porter d’enfant. Nymeria avait été définitif là-dessus, elle n’offrirait pas aux terrestres de quelconques preuves de l’existence des siens, ni de nouvelles cibles aux Shadowhunters. L’annihilation de ses frères et sœurs suite à son envie de vengeance avait noirci son jugement et rien jusqu’alors ne l’avait fait revenir sur sa décision.  

« Personne n’est infaillible, mais les enfants ont toujours été la cible privilégiée de nos ennemis. Ils sont souvent plus faibles que leurs aînés. »

C’était d’ailleurs pour cela que Nymeria avait quitté ce Loch étant le sien. Protéger la génération suivante de kelpie afin de leur permettre de se renforcer. Le discours pouvait sembler contradictoire pour ceux connaissant les motivations de la fée, mais il était tout justifié pour elle.

Cependant, une question trottait dans l’esprit de la fée qui restait là, à discuter du bienfait ou non des enfants. Elle ne pouvait s’empêcher de s’interroger sur cette sorte d’aura qu’elle percevait. Elle ressentait la sorcellerie, c’était indéniable, mais il y avait cette autre qu’elle ne distinguait pas et qui l’empêchait de quitter ce rôle cassant qu’elle pouvait avoir.

« Mais vous semblez faites d’illusions vous aussi… sorcière mais autre chose… Qu’êtes-vous donc ? »

Transition peut-être brutale, mais Nymeria ne perdait pas de temps en liaisons subtiles et délicates. À quoi bon ? Autant aller droit au but.
© CRIMSON DAY


Life changed for me, the moment I realised
Nothing in this world scares me, as much as I scare myself

Sujet: Re: [1952] I'm lost without my family - ft. Nymeria   Mer 17 Oct - 16:06

Tessa Gray-Herondale
Warlock in town
Date d'inscription : 26/09/2018
Messages : 253
Pseudo : Choupinette
Autres Comptes : + Calypso Cifuentes + Anakin S. Redfield
Crédits : avatar: @angie gif: tumblr
Suit : L'Enclave
Emploi/loisirs : Professeur d'étude des Charmes à l'Institut de New York
Localisation : Manhattan, une maison, très ancienne, qui appartenait à sa tante
Orientation Sexuelle : Hétérosexuel(le)
Avec :
Preuve à l'appui : [1952] I'm lost without my family - ft. Nymeria Original
Scenarii :
Liens :
[1952] I'm lost without my family - ft. Nymeria Tumblr_p705zdsROk1wxdmrbo2_500
Jace Herondale + le dernier membre de sa famille encore en vie, celui qui lui a redonné de l'espoir, et qui la rend fière à travers ses actes.

[1952] I'm lost without my family - ft. Nymeria 921bbb1faa09e3a91b3d2cbd7c20a334
Magnus Bane + l'un de ses plus vieux amis, qu'elle n'a pas vu depuis des années, et qu'elle est bien heureuse de retrouvée à New York. Elle a une entière confiance en lui, et l'a toujours trouvé de bon conseil

[1952] I'm lost without my family - ft. Nymeria Source
Céline Herondale + uc.

I’m lost without my family
Nymeria & Theresa
Theresa ne se pensait pas être d’humeur philosophique en cette journée de deuil, et pourtant… C’était bien une conversation de ce genre qu’elle était en train d’entretenir avec la jeune femme qui se trouvait dans cette clairière en sa compagnie. A croire que cela lui changeait légèrement les idées, même si la douleur de sa perte, étant encore trop fraîche, n’arrivait pas à être atténuée totalement. Elle sentait encore son cœur et son corps particulièrement douloureux d’avoir perdu son deuxième enfant après l’avoir vu grandir, vieillir, et avoir des enfants à son tour. Pourtant, elle savait bien qu’elle aurait cette épreuve à affronter un jour. Elle était la seule immortelle de la famille Herondale, et aussi miraculeux puisse être cette chose aux yeux de certaines personnes, c’était tout de même un certain fardeau qu’elle se trainait au quotidien alors qu’elle voyait toutes les personnes qu’elle aimait s’éteindre au fil des années. Et pourtant, elle restait à leurs côtés. Elle restait là parce que la famille était une chose plus qu’importante à ses yeux. Parce qu’elle n’avait pas eu l’occasion d’en avoir une plus jeune, et qu’elle avait voulu la donner à ses enfants. A ses petits-enfants et à leurs enfants aussi. Ce n’était pas bien fait pour la rajeunir tout cela.

« Mais la vie n’est-elle pas un sacrifice en soit ? Nous naissons dans le sang et mourrons dans le sang, après tout. »

Avoir un enfant demandait des sacrifices. En être un en demandait aussi pour ses parents, quand ils se faisaient plus âgés. Chacun était responsable de l’autre. La solidarité, le soutien, la générosité, l’amour. C’était ça les valeurs d’une famille. C’était entourée de tout cela que la brune avait élevé ses enfants. Malgré le fait qu’élever des Herondale n’était pas facile tous les jours. Il fallait dire que ses enfants avaient hérités du sale caractère de leur père, mais peu lui avait importé. Elle les aimait plus que tout au monde, même maintenant, alors qu’ils avaient rejoint la Cité Silencieuse dans leur trépas. Elle les aimerait jusqu’à son dernier souffle, tout comme elle aimerait son mari défunt jusqu’à son dernier battement de paupière. Elle avait eu la chance de rencontrer son grand amour alors qu’elle était encore très jeune, et même si maintenant cela pouvait ressembler à un fardeau, elle n’en regrettait pas un seul moment.

Et elle ne regrettait en aucun point le fait d’avoir eu des enfants. C’était certainement sa plus belle œuvre depuis que sa personne effleurait cette terre du bout des pieds. Ses enfants étaient devenus sa fierté, ses petits-enfants l’étaient tout autant. Et elle se sentait chanceuse de pouvoir observer cette famille qu’était la sienne évoluer au cours des siècles. Elle espérait que c’était une chose qui durerait encore longtemps.

« Tous les Terrestres ne sont pas mauvais. La majorité d’entre eux sont bons, mais souvent, il n’y a que le mal qui est relevé, et pas les bonnes choses qui constituent le monde. Que ce soit celui-là ou celui qui est plus obscure. »

Surtout en ce moment alors qu’ils sortaient tout juste d’une guerre mondiale. Tessa espérait ne pas devoir en affronter une supplémentaire un jour. Deux, c’était bien suffisant pour une vie, et Londres avait été un véritable enfer durant cette période. Cette ville qu’elle chérissait tant et qu’elle avait bien cru voire détruite sous toute cette violence. Bien heureusement, elle avait tenu le choc. Et New York aussi, d’après ce qu’on lui avait dit, mais elle ne comptait pas y remettre les pieds de sitôt.

« Ils sont surtout plus innocents. »

Et c’était d’ailleurs ce qui faisait leur charme, aux yeux de la sorcière. Elle aussi aurait bien aimée pouvoir redevenir une enfant, quand son seul souci était de se trouver un nouvel ouvrage à lire pour se plonger dans un nouveau monde de fiction. Ça faisait des mois qu’elle n’avait plus ouvert un livre d’ailleurs. Le manque de temps. Et de volonté aussi. Elle n’avait plus la force de tourner les pages parce qu’elle ne voulait pas tourner celles de sa vie qui étaient pourtant arrivées à leurs fins.

Elle se demandait à quel moment la jeune fée allait finir par lui poser la question. Après tout, Tessa savait très bien qu’elle dégageait une aura et une odeur bien différente des autres Créatures Obscures que l’on pouvait croiser, et sa nature unique en était bien la cause. Elle était une sorte de miracle, même si elle n’aimait pas tellement qu’on la qualifie de cette façon, vu qu’elle restait issue d’une tromperie de la part de son père. Qu’elle n’avait d’ailleurs jamais rencontré, et qu’elle n’avait pas envie de connaître. Elle préférait très clairement se qualifier d’une autre manière qui la rendait beaucoup plus fière que n’importe quoi d’autre.

« Je suis une Herondale. »

La brune ne pensait pas avoir besoin d’en dire plus. Les Herondale étaient une famille de Chasseurs d’Ombres très connus, depuis des siècles. William et elle n’étaient pas les premiers de la lignée à faire preuve d’une grande bravour et à avoir marqué l’histoire à leur manière. Les Herondale faisaient partis des premières familles de Shadowhunters. Des siècles d’histoire se dressaient derrière eux.


family
Herondale will be always here for each others ▬ no matter who, no matter what happend
Sujet: Re: [1952] I'm lost without my family - ft. Nymeria   Mer 21 Nov - 14:39

Nymeria
The truth is the best lie
Date d'inscription : 15/09/2018
Messages : 71
Pseudo : Nîniel
Autres Comptes : Anastasia Wayland
Crédits : (c) Danderion (avatar) - (c) Nîniel (signature)
Suit : Ses Propres Lois
Localisation : Jamais très loin de Central Park
Orientation Sexuelle : Bisexuel(le)
Scenarii : Mon cher Connor Gibson, cet homme me cherchant depuis des années alors que je suis juste sous son nez.
Liens : We transform the world together
I'm lost without my family « Certains peut-être, pas tous. »

Nymeria avait eu ce sourire qu’elle savait si bien faire et qui montrait toute l’ironie de sa phrase. Elle aimait jouer sur les mots et elle était la mieux placée pour démentir ce fait n’arrivant pas à chaque être vivant. Mais elle avait surtout dit cela car il est vrai que la vie était un sacrifice, cependant la fierté de la fée refusait d’admettre une quelconque erreur et c’est pour cela qu’elle avait plutôt laissé une supposition évasive.

La blonde connaissait le prix d’un sacrifice. Elle avait sacrifié sa liberté au nom de sa naïveté, sa famille au nom de la vengeance et désormais, elle sacrifiait sa véritable nature pour mieux se fondre dans ce monde où les Créatures Obscurs se devaient de vivre cachése. Elle avait horreur de cette obligation de vie, ne pas pouvoir proclamé aux yeux de tous sa nature féerique, l’obligation des loups à ne pas dévoiler leur apparence lupin, l’impossibilité des vampires d’assouvir leur véritable soif de sang. Toutes ces obligations étaient fixées par des accords qui réduisaient le Monde Obscure à la servitude d’un Enclave qui n’avait que faire de leur condition. Ils étaient bien tranquille ces petits chasseurs d’ombre à ne pas avoir à se dissimuler. Nymeria rêvait de ce jour où le monde ferait comprendre aux terrestres qu’ils n’avaient aucune suprématie en ces lieux et qu’ils ne pouvaient être que de misérables insectes pour d’autres.

« Ils sont imbus d’eux-mêmes, naïfs des vérités de ce monde. Leur bonté ne sert qu’à cacher leurs véritables intentions alors qu’ils sont avide de pouvoirs et de contrôle. Avidité, cupidité, luxure, orgueil, et ce n’est là qu’une petite partie de ce qu’ils appellent péchés. Pourquoi ne pas assumer ce qu’ils ont et se servir de multitude de mensonge pour cacher leur véritable nature ? »

Derrière l’envie de dénigrer les terrestres, Nymeria devait reconnaître qu’il y avait une pointe de volonté de compréhension. Pourquoi cette sorcière défendait-elle tant la cause humaine alors qu’ils ont été connus pour avoir fait subir les pires préjudices à ce peuple doué de magie ? Le plus connu avait été le procès de Salem, duquel la fée en avait eu d’affreux retour, mais il y avait eu bien d’autre histoire à travers le temps et de par le monde. Alors pourquoi cette femme cherchait tant à convaincre de leur bonté ?

« Quelles bonnes choses sont à relever ? Le monde ne connaît que guerres et destructions par la main de l’Homme. L’Histoire ne fait que se répéter et l’humanité finira par causer sa propre perte. »

De par ce manque de compréhension, la fée en oubliait ce sujet abordé qu’était les enfants. Même si son avis restait le même et que leur soi-disant innocence l’avait fait rire intérieurement, elle restait prise par cette histoire de bonté humaine. Où était cette bonté alors qu’il était encore possible de voir les ravages de la guerre dans nombreuses parties du monde ?

Et puis il y avait cette interrogation qui lui tourmentait l’esprit depuis qu’elle avait entamé cette discussion avec la sorcière. Une interrogation sur sa nature… Cette aura n’était pas de même que celle que Nymeria avait pu croiser par le passé. Cette femme n’était pas la première sorcière à croiser la route de la fée, et elle ne serait pas la dernière, mais il y avait cette autre chose qu’elle avait demandée sa honte ou peur d’être mal vue. Le temps avait appris à la fée à aller droit au but sans quoi, elle perdait son temps. Mais la réponse fut loin d’être ce à quoi elle s’attendait.

Une Herondale… Nymeria n’était pas stupide, elle savait qui était les Herondale, cette famille de Chasseur d’Ombre… Mais c’était la première fois qu’elle croisait l’un des représentants de cette famille et elle était en pleine réflexion sur le pourquoi du comment, une sorcière pouvait être rattachée aux Chasseurs d’Ombres. Auraient-ils enfin rabaissés leur fierté pour accepter une Créature Obscure en leur sein ?

« Et comment une Herondale peut-elle avoir du sang de Créature Obscure ? Depuis quand l’Ange fricote avec le démon ? »

La blonde n’avait pas pu s’empêcher d’avoir une pointe de dédain dans sa voix. Même si elle voyait le côté sorcière de cette femme, elle voyait désormais aussi la part de Raziel chez elle, cette part sur laquelle la fée avait passé des siècles à cracher, alors que c’était ce sang même qui l’empêchait d’être celle qu’elle était.
[size=34]©️[/size] CRIMSON DAY


Life changed for me, the moment I realised
Nothing in this world scares me, as much as I scare myself

Sujet: Re: [1952] I'm lost without my family - ft. Nymeria   Ven 23 Nov - 12:56

Tessa Gray-Herondale
Warlock in town
Date d'inscription : 26/09/2018
Messages : 253
Pseudo : Choupinette
Autres Comptes : + Calypso Cifuentes + Anakin S. Redfield
Crédits : avatar: @angie gif: tumblr
Suit : L'Enclave
Emploi/loisirs : Professeur d'étude des Charmes à l'Institut de New York
Localisation : Manhattan, une maison, très ancienne, qui appartenait à sa tante
Orientation Sexuelle : Hétérosexuel(le)
Avec :
Preuve à l'appui : [1952] I'm lost without my family - ft. Nymeria Original
Scenarii :
Liens :
[1952] I'm lost without my family - ft. Nymeria Tumblr_p705zdsROk1wxdmrbo2_500
Jace Herondale + le dernier membre de sa famille encore en vie, celui qui lui a redonné de l'espoir, et qui la rend fière à travers ses actes.

[1952] I'm lost without my family - ft. Nymeria 921bbb1faa09e3a91b3d2cbd7c20a334
Magnus Bane + l'un de ses plus vieux amis, qu'elle n'a pas vu depuis des années, et qu'elle est bien heureuse de retrouvée à New York. Elle a une entière confiance en lui, et l'a toujours trouvé de bon conseil

[1952] I'm lost without my family - ft. Nymeria Source
Céline Herondale + uc.

I’m lost without my family
Nymeria & Theresa
Que la vie était un sacrifice, Tessa le pensait. Certainement parce qu’elle avait perdue beaucoup trop de personnes pour son propre bien, et surtout ses enfants. Personne ne devrait avoir à vivre cela. Elle comprenait maintenant pourquoi les sorciers ne pouvaient pas avoir d’enfants. Ce n’était pas seulement une question de biologie, de son avis, mais bien une grâce divine qui les empêchait de vivre ce qu’elle était en train de vivre. Même si le fait d’être mortel ne retirait pas la possibilité de perdre son bébé, mais cette possibilité restait quand même beaucoup plus faible qu’elle ne pouvait l’être pour elle. La brune avait perdu son mari. Puis son petit garçon. Et sa fille bien aimée. Trois morts, en plus de celle de son frère et de sa tante qui resteraient à jamais gravées dans sa mémoire. Elle ne pourrait pas faire autrement que de vivre avec cette douleur tous les jours, si tant est si peu qu’elle ait encore la force de vivre. Mais elle le devait. Après tout, elle n’était pas seule. Il lui restait encore de la famille. Ses petits-enfants, et les enfants de ses petits-enfants. Elle n’avait pas le droit de les abandonner alors qu’elle était la plus apte à les aider à affronter cette douleur. Elle se devait de rester là pour eux, même si elle avait tout de même besoin de ce petit moment d’isolement pour entamer la procédure de deuil. Qui n’était clairement pas une chose facile.

Et oui, elle l’avoue, elle aurait bien aimée être une simple Terrestre comme elle l’avait bien crue pendant des années entières. L’immortalité n’était pas une chose faite pour elle, du moins, pas sans son mari et ses enfants. Ça allait être incroyablement difficile à surmonter, et les Terrestres avaient la vie si simple par rapport à cela. Elle les enviait, d’une certaine façon, même si elle trouvait que le monde dans lequel elle vivait était extraordinaire. Mais elle aurait préférée qu’il ne reste qu’un rêve, et mourir quelques dizaines d’années plus tôt, aux côtés de son mari. La mort ne l’atteindrait jamais, du moins pas de façon naturelle, et elle savait qu’elle mourrait dans d’atroces souffrances, un jour. Parce qu’elle ne pouvait mourir que de cette façon. Assassinée. Et se préparer à cela… C’était une chose pratiquement impossible.

« Vous vous trompez. C’est bien ce que je disais, vous ne voyez que la majorité des choses sans aller voir plus profond. Etes-vous comme toutes les autres fées qui vivent sur cette planète ? Je ne pense pas cela, non. Tout comme je ne suis moi-même pas comme les autres sorciers que j’ai pu croiser. »

Ni comme les autres Chasseurs d’Ombres, d’ailleurs. Même si la brune était un peu unique en son genre, elle doit bien l’avouer. Mais ça, c’était encore une autre histoire, et elle n’aimait pas tellement en parler.

« N’est-il pas de même pour le Monde Obscure, après tout ? Combien de guerres ont eus lieux parmi les différents peuples ? Beaucoup trop pour les compter. Vous dénigrez les Terrestres, alors qu’au final aucun de nous n’est à placer sur un piédestal par rapport à eux. »

Les vampires contre les loups-garous. Les Chasseurs d’Ombres contre les démons. Les vampires qui massacraient des Terrestres juste pour le plaisir. Et Tessa sentait que ce n’était pas encore fini. Qu’ils devraient encore affronter une nouvelle guerre, dans plus ou moins quelques années, mais qu’ils n’y échapperaient clairement pas. Et peut-être même qu’ils finiraient par se battre entre eux, Chasseurs d’Ombres. Après tout, les fées, se battaient déjà entre elles, les vampires aussi, et les loups. Pourquoi échapperaient-ils à cette règle ? Les guerres civiles n’étaient pas si absurdes que cela. Et la brune en perdrait certainement le reste de sa famille, alors autant dire qu’elle n’était pas pressée de vivre ça à nouveau.

« Depuis que ma mère s’est faite violée par un démon sans recevoir les sacrements, et avec ce petit pendentif autour du cou. Et que j’ai épousé un Herondale. »

La brune pointait du doigt l’Ange Mécanique. De toute façon, elle n’avait rien à cacher, et même si elle n’aimait pas tellement parler de sa conception, et bien, c’était un fait. Elle était née par elle ne sait quel miracle, unique en son genre, à peu près, vu que ses enfants avaient hérités de ses talents, mais que tout cela finirait par ne plus être présent au fil des générations. Mais elle restait une Herondale malgré tout, pour toujours. Cette famille était plongée dans son cœur au point de ne jamais pouvoir en sortir. Ils étaient sa famille, depuis toujours et à jamais.


family
Herondale will be always here for each others ▬ no matter who, no matter what happend
Sujet: Re: [1952] I'm lost without my family - ft. Nymeria   Mar 18 Déc - 23:05

Nymeria
The truth is the best lie
Date d'inscription : 15/09/2018
Messages : 71
Pseudo : Nîniel
Autres Comptes : Anastasia Wayland
Crédits : (c) Danderion (avatar) - (c) Nîniel (signature)
Suit : Ses Propres Lois
Localisation : Jamais très loin de Central Park
Orientation Sexuelle : Bisexuel(le)
Scenarii : Mon cher Connor Gibson, cet homme me cherchant depuis des années alors que je suis juste sous son nez.
Liens : We transform the world together
I'm lost without my familyNymeria retint un ricanement. Il y avait de la moquerie dans son attitude, cela était indéniable, le bouclier de la fée envers ce monde pathétique et hypocrite. Mais il y avait aussi de l’amusement derrière tout cela. Ironique pour celle qui dénigrait tout ce qui l’entourait, de trouver de l’humour dans son échange sur les terrestres. Elle ne cessait de les rabaisser alors que Tessa tentait de lui montrer une pointe d’espoir à leur sujet. La kelpie trouvait cela désespérant, c’était peine perdue de tenter de la raisonner, sans compter qu’elle avait conscience de sa mauvaise foi.

« Ne commettez pas le sacrilège de me faire dire ce que je n’ai jamais dit. Le Monde Obscure n’est pas parfait. Nous ne sommes pas parfaits, mais contrairement aux terrestres, j’ai la décence d’assumer ce que je suis contrairement à ces misérables insectes que sont les terrestres. »

Ce n’était pas avec dédain qu’elle le disait, mais avec une sorte de mélancolie. Voir Tessa défendre ainsi les Terrestres lui rappelait l’époque où elle-même avait eut la naïveté de croire qu’il n’était pas juste des vermines bonnes pour son régime alimentaire. Elle y avait cru, avait observé ces mortels et s’était laisser séduire. Mais le retour de bâton avait été brutal et c’est ce qui avait nourri l’animosité de la fée à leur égard.

Mais les Créatures Obscurs n’étaient pas plus blanche que les autres. Jamais elle ne l’avait dit et jamais elle ne le dirait. Chaque peuple avait ses parts d’ombre et Nymeria avait parfaitement conscience des siennes. Meurtre, manipulation, séduction, tromperie, tout cela, elle en était coupable et continuerait de l’être. Seulement, contrairement aux Terrestres et aux autres, elle pouvait se vanter d’avoir toujours dit la vérité.

« Je ne me contente pas de voir la seule surface que leur soit disant humanité laisse percevoir. Leurs minauderies ne sont là que pour nous tromper et ensuite nous utiliser. Nos peuples les dépassent et comme pour chaque chose qu’ils ne peuvent comprendre, ils cherchent à l’utiliser et à le contrôler. En quoi il y a-t-il de la bonté dans cela ? »

Nymeria était ancré dans ses positions, mais cela faisait des siècles qu’elle était ainsi. La faire changer serait compliquer tandis qu’elle ne faisait que relever le négatif. Elle avait essayé de changer sa vision, mais la dernière guerre ne lui faisait que lui rappeler cette part d’ombre présente chez chacun. Peut-être le Terrestre naissait-il bon, mais ils étaient d’ores et déjà corrompus par ce monde dans lequel ils prenaient vie.

C’était aussi pour cela qu’elle n’avait jamais établi de vie de famille, quitté les siens et son écosse natale. La fée était devenue solitaire et renfermée dans cette vision négative du monde, sans pour autant s’en plaindre. En presque six cents ans, elle n’avait jamais eut à regretter ses choix après le massacre de ce village.

Et elle montrait qu’il était difficile de la toucher, en restant insensible face à sa remarque. Elle ne connaissait pas l’histoire de Tessa, mais ce n’était pas gêné pour cette pique. Savoir qu’une sorcière pouvait être chasseur d’ombre et une Herondale par-dessus le marché, ça la dégoûtait du Monde Obscurs. Les représentants de l’Enclave réprimaient les Créatures Obscurs et elle face à elle une sorte d’alliance. Involontaire de ce qu’elle apprenait de par ce fait de son passé, mais elle restait mariée à une Herondale.

Et pourtant, Nymeria restait surprise. Surprise de cette douceur alors que depuis son arrivée, la fée en aurait fait sortir plus d’un de ses gonds. Mais non, tout restait calme et la kelpie n'avait alors pas une seule fois monté le ton. Le débat était là, avec les deux oppositions, mais il était intéressant malgré tout.

« Et les Herondale ne vous ont pas rejeté de par votre sang obscur ? Quel miracle. »

L’ironie restait, mais on ne refaisait pas la fée. Si le fait n’était pas déjà accompli, elle aurait presque pu prendre les paris sur ce qu’il se passerait.
[size=34]©️[/size] CRIMSON DAY


Life changed for me, the moment I realised
Nothing in this world scares me, as much as I scare myself

Sujet: Re: [1952] I'm lost without my family - ft. Nymeria   Mer 26 Déc - 14:43

Tessa Gray-Herondale
Warlock in town
Date d'inscription : 26/09/2018
Messages : 253
Pseudo : Choupinette
Autres Comptes : + Calypso Cifuentes + Anakin S. Redfield
Crédits : avatar: @angie gif: tumblr
Suit : L'Enclave
Emploi/loisirs : Professeur d'étude des Charmes à l'Institut de New York
Localisation : Manhattan, une maison, très ancienne, qui appartenait à sa tante
Orientation Sexuelle : Hétérosexuel(le)
Avec :
Preuve à l'appui : [1952] I'm lost without my family - ft. Nymeria Original
Scenarii :
Liens :
[1952] I'm lost without my family - ft. Nymeria Tumblr_p705zdsROk1wxdmrbo2_500
Jace Herondale + le dernier membre de sa famille encore en vie, celui qui lui a redonné de l'espoir, et qui la rend fière à travers ses actes.

[1952] I'm lost without my family - ft. Nymeria 921bbb1faa09e3a91b3d2cbd7c20a334
Magnus Bane + l'un de ses plus vieux amis, qu'elle n'a pas vu depuis des années, et qu'elle est bien heureuse de retrouvée à New York. Elle a une entière confiance en lui, et l'a toujours trouvé de bon conseil

[1952] I'm lost without my family - ft. Nymeria Source
Céline Herondale + uc.

I’m lost without my family
Nymeria & Theresa
Tessa avait vécue avec les Terrestres pendant tellement longtemps qu’elle savait exactement de quelle façon ils fonctionnaient. Et en épousant William et en prenant la place qui était sienne au sein du Monde Obscure, elle s’était rendue compte qu’ils n’étaient pas tellement différents des gens qu’ils protégeaient. Ils avaient tous des qualités et des défauts, des valeurs certes différentes pour certaines, mais semblables pour d’autre. Et ils étaient surtout tous touchés par l’amour, même si les Chasseurs d’Ombres avaient un peu de mal à l’assumer. Mais ils aimaient tous, et ils étaient aimés. Ils souffraient tous de la solitude quand elle était présente, et de la perte d’un être cher. Et ils avaient tous un but au sein de leur vie qui les forçait à se lever tous les matins. Celui de la brune était bien entendue sa famille. Même si son époux était mort, ainsi que ses enfants, il lui restait encore ses petits enfants qui avaient besoin d’elle. Et elle ne pouvait clairement pas les laisser tomber, même si bien sûr elle avait besoin d’un peu de temps pour faire son deuil. Autant dire qu’elle ne pensait pas le passer à discuter avec une fée.

« Certaines Créatures Obscures n’assument pas ce qu’elles sont tout comme certains Terrestres l’assument totalement. Une fois de plus, vous ne pouvez pas faire une généralité de l’action de seulement quelques personnes. »

Si c’était le cas, Tessa ne serait certainement plus là depuis bien longtemps, et ses enfants n’auraient même pas vu le jour. Si Will avait été aussi fermé que cette femme, elle n’aurait jamais pu vivre tout ça. Il s’était ouvert à elle, il lui avait laissé une chance de prouver qu’elle pouvait être quelqu’un de bien. Et il s’était laissé une chance de tomber amoureux d’elle. Une décision qui n’avait pas été forcément simple à prendre pour lui, rien que le fait de s’ouvrir à elle, mais qui leur avait permis de vivre des choses tellement merveilleuses au cours de leur vie que ça en valait clairement la peine. C’était souvent les personnes qu’on attendait le moins qui nous surprenait le plus.

« Parce que les fées ne trompent pas ? Vous ne pouvez peut-être pas mentir, mais vous êtes les plus doués pour manipuler la vérité à votre avantage, quand vous le désirez. Et vous utilisez et contrôlez aussi les Terrestres. Croyez-vous vraiment que l’Enclave n’est pas au courant des enlèvements d’enfants pour le compte de la Reine ? »

Même s’ils ne faisaient rien, ils le savaient, malheureusement. Et la brune n’était pas encore assez bien placée au sein de l’Enclave pour faire jouer sa parole en faveur des Terrestres pour arrêter ce massacre. Même si la plupart d’entre eux restaient vivants, certains ne survivaient pas à la Cour des Lumières, et les conséquences pouvaient en être très importantes. Des cadavres retrouvés avec une mort inexpliquée, c’était l’Enclave qui devait toujours régler cela pour que les Terrestres ne se doutent de rien. En privant certaines familles de faire leur deuil, malheureusement.

« Ma famille est très ouverte d’esprit. J’ai eus la chance de rencontrer un homme sincère, dévoué, et de l’épouser. »

Avant de mettre au monde ses enfants quelques années plus tard, à l’image de n’importe quelle vie de famille, même si la leur resterait toujours assez exceptionnelle, d’une certaine manière. La marque de l’Ange faisait partie de leur lignée grâce à William, et la magie coulait dans leurs veines, grâce à Tessa. Ils avaient chacun apporté quelque chose de nouveau à leur famille qui resterait par ce fait unique en son genre.


family
Herondale will be always here for each others ▬ no matter who, no matter what happend
Sujet: Re: [1952] I'm lost without my family - ft. Nymeria   Ven 1 Fév - 22:11

Nymeria
The truth is the best lie
Date d'inscription : 15/09/2018
Messages : 71
Pseudo : Nîniel
Autres Comptes : Anastasia Wayland
Crédits : (c) Danderion (avatar) - (c) Nîniel (signature)
Suit : Ses Propres Lois
Localisation : Jamais très loin de Central Park
Orientation Sexuelle : Bisexuel(le)
Scenarii : Mon cher Connor Gibson, cet homme me cherchant depuis des années alors que je suis juste sous son nez.
Liens : We transform the world together
I'm lost without my familyMalgré le dédain dont elle faisait preuve, Nymeria restait touchée par l'attitude de cette femme dont rien ne semblait la faire sortir de ses gonds. Pendant un bref instant, cela lui rappelait une de ses sœurs, l'une des seules à refuser de correspondre à l'image cruelle de son peuple. La fée avait plus que l'impression de jouer avec la patience de cette Herondale et pourtant, elle avait l'impression de faire face à une mère expliquant la vie à son enfant buté. Peut-être était-ce une chose dont la blonde avait besoin, que l’on ne réponde pas à ses provocations afin de lui permettre de se poser aussi. C’en était déstabilisant d’user de moquerie, de médisance et autre négativité alors qu’il n’y avait que douceur et patience en face. Cette femme avait vraiment un don.

Et en plus, elle avait raison. Nymeria l’écoutait contrer ses exemples sans arguments pour lui montrer ce qu’elle refusait de voir. Il est vrai que faire une généralité n’était jamais bon à faire, mais comment faire autrement alors qu’on l’avait toujours dépeinte comme la généralité des siens ? Alors elle était devenue cette généralité et en avait fait de même avec sa vision. Il avait suffi de l’erreur d’un villageois pour condamner tout le village, tout comme il fallait la parole de quelques hauts placer dans l’Enclave pour traiter tous les chasseurs d’ombres de toutous. C’était sur des généralités que le monde se fabriquait.

« Ce sont pourtant ces généralités dont le monde va se souvenir. L’on ne se souvient que des erreurs de chaque peuple afin de tous les juger et les condamner. L’Enclave le fait, les vampires le font, les sorciers, les fées, les loups, et même les terrestres. Seul le bien et le mal se distinguent, le blanc et le noir, personne ne veut entendre parler du gris, et les rare à le faire se noient dans la masse de la généralité. »

Encore une fois, la fée se basait sur les faits passés. La façon dont chacun traitait les deux grands évènements de cette moitié de siècle. Seul en ressort le bien et le mal sans chercher à comprendre le cheminement de ces notions subjectives.

Mais Tessa avait touché la fierté de la fée par la suite. Elle avait mis le doigt sur la subtilité de ce peuple. Savoir tourner les mots à son avantage était un art difficile à apprendre, mais qui valait mieux que toutes les armes du monde réunies.

« Nous ne trompons pas. En quoi sommes-nous fautives des erreurs d’interprétation de chacun ? Nos mots sont emplis de vérité. Nous ne pouvons pas être tenues pour responsable du manque de maîtrise linguistique de certains. Les terrestres ont tendance à croire que ne compte que la violence physique. Ils en oublient l’importance des mots. »

Or, elle, elle connaissait cette importance. La façon dont une affirmation pouvait changer de par le choix d’un simple synonyme. C’était d’ailleurs aussi pour cela qu’elle les méprisait. Ils étaient indignes de par leur manque de connaissances.

« L’interdire nous détruirait, l’Enclave l’a très bien compris. Ils ont aussi compris que sans concession, jamais nous ne nous plierons à leur désir. Leur choix de fermer les yeux n’est que leur façon de nous garder à leur pied. Mais ça ne les empêche pas de nous détruire par bien d’autres moyens. Leurs misérables lois nous privent de notre véritable nature. Ce n’est qu’une question de temps avant que nous disparitions tous. Et pour s’en prendre à qui après ? Aux vampires ? Les empêcher de se nourrir finira par causer leur perte à leur tour. »

Si Nymeria pouvait accepter de potentiellement revoir son avis au sujet des terrestres, jamais elle ne pouvait le faire pour l’Enclave. Elle pouvait comprendre le bien-fondé de leurs lois, mais pas quand cela se faisait au détriment du peuple. La fée aurait accepté leur suprématie s’ils pensaient réellement à chaque peuple de ce monde, et pourtant, le point relever par Tessa n’était que la maigre concession de leur part pour les fées.

« Qu’ils ne soient pas étonnés de voir certains des nôtres enfreindre leurs lois quand cela nécessite leur survie. »

Et elle s’incluait subtilement dans le lot, mais pas uniquement. Les Kelpies n’étaient pas les seules fées de sa connaissance à être entravée par ces lois forçant certains peuples féeriques à revoir leur vie, au détriment de leur survie.

Tessa était chanceuse d’être tombée sur une famille ouverte d’esprit. Bien que la blonde n’en dise rien, elle reconnaissait cette bénédiction de la vie d’offrir à certains assez d’ouverture d’esprit. Ce qui ne devait pas être son propre cas lorsque l’on voyait sa fermeture aux propos de la sorcière. D’ailleurs, sans qu’elle ne s’en rende réellement compte, Nymeria s’était mise à ressentir une pointe de compassion.

« Un homme mortel qui ne pourra vous suivre dans l’immortalité ? »

C’était une crainte qu’elle avait eut lorsqu’elle avait laissé sa naïveté s’éprendre de ce fameux Écossais. Les fameuses questions de l’immortalité face aux autres étaient bien lourdes à porter et il arrivait toujours un moment où la vie prenait aux immortels leurs proches mortels. L’avantage de ne s’éprendre de personne, la fée ne connaîtrait jamais cela.
[size=34]©️[/size] CRIMSON DAY


Life changed for me, the moment I realised
Nothing in this world scares me, as much as I scare myself

Sujet: Re: [1952] I'm lost without my family - ft. Nymeria   Lun 4 Fév - 15:14

Tessa Gray-Herondale
Warlock in town
Date d'inscription : 26/09/2018
Messages : 253
Pseudo : Choupinette
Autres Comptes : + Calypso Cifuentes + Anakin S. Redfield
Crédits : avatar: @angie gif: tumblr
Suit : L'Enclave
Emploi/loisirs : Professeur d'étude des Charmes à l'Institut de New York
Localisation : Manhattan, une maison, très ancienne, qui appartenait à sa tante
Orientation Sexuelle : Hétérosexuel(le)
Avec :
Preuve à l'appui : [1952] I'm lost without my family - ft. Nymeria Original
Scenarii :
Liens :
[1952] I'm lost without my family - ft. Nymeria Tumblr_p705zdsROk1wxdmrbo2_500
Jace Herondale + le dernier membre de sa famille encore en vie, celui qui lui a redonné de l'espoir, et qui la rend fière à travers ses actes.

[1952] I'm lost without my family - ft. Nymeria 921bbb1faa09e3a91b3d2cbd7c20a334
Magnus Bane + l'un de ses plus vieux amis, qu'elle n'a pas vu depuis des années, et qu'elle est bien heureuse de retrouvée à New York. Elle a une entière confiance en lui, et l'a toujours trouvé de bon conseil

[1952] I'm lost without my family - ft. Nymeria Source
Céline Herondale + uc.

I’m lost without my family
Nymeria & Theresa
tessa avait été mère avant de se retrouver dans cette situation. Mère de deux Herondale, en plus de cela. Même si elle aimait ses enfants plus que tout au monde, elle ne pouvait pas nier le fait que ça n’avait pas été tous les jours faciles, comme avec William d’ailleurs. Comme dans toutes les familles, ils avaient eu des hauts et des bas, des disputes, des conflits, et des moments de grande joie. Mais la brune avait toujours gardé sa patience, que ce soit avec son mari ou avec ses enfants. Elle savait qu’il était inutile de s’énerver, et que ce n’était qu’en restant calme qu’elle pourrait leur faire comprendre les choses. Et c’était une méthode qu’elle utilisait au quotidien, même au sein de l’Enclave quand il était nécessaire pour elle de donner son opinion. La colère ne faisait pas partie de sa vie, du moins seulement en petite partie. Elle était actuellement surtout en colère contre le temps qui lui avait semblé trop court, et cette impression de ne pas avoir assez profitée de ses enfants et de son mari. Elle aimerait pouvoir remonter le temps pour les avoir à nouveau à ses côtés, pour échanger un dernier dîner avec eux autour d’une table. Même si elle savait que c’était une envie qu’elle aurait toujours, même si elle disposait de cette chance de les revoir un jour, même juste une minute. Elle ne serait jamais satisfaite de les avoir loin d’elle.

Tout comme certaines personnes se baseraient toujours sur les généralités, ou alors les comportements passés pour justifier leurs actes. Rien n’était tout blanc ou tout noir, et les choses évoluaient, avec le temps. Tessa avait eu l’occasion de le voir elle-même en étant acceptée par l’Enclave et par les Chasseurs d’Ombres de l’Institut de Londres, alors que ce n’était clairement pas gagné d’avance. Ils avaient été ouverts d’esprits, assez pour écouter ce que William avait à leur dire. Parce qu’il avait toujours été là pour la soutenir et la mettre en avant, comme le bon mari qu’il était. Et elle avait réussi à se faire sa place dans ce monde alors que ce n’était clairement pas gagné, à se faire respecter malgré sa nature unique et inquiétante aux yeux de certains. Même les Lightwood qui avaient été les plus réticents au début avaient fini par l’accepter auprès d’eux, et ils s’entendaient tous très bien. Faire changer les mentalités n’était pas quelque chose d’impossible, et la brune se battait tous les jours pour cela.

« Le monde se souvient, mais ce n’est pas pour autant qu’il ne change pas. Les mentalités évoluent au cours des siècles, et même des années. Depuis quand n’avez-vous pas discutés avec un Chasseur d’Ombres ? Savez-vous qu’aujourd’hui une collaboration est en train de naître avec diverses Créatures Obscures pour faire régner la Loi de façon équitable ? Savez-vous que les Accords sont en constant changement, et en discussion pour que tout le monde en soit satisfait ? »

Il était clair que tout ne se faisait pas en un jour, et que cela prendrait du temps. Des dizaines d’années peut-être, mais très franchement, pour eux immortels, ce n’était pas grand-chose, dans leur vie. Le changement était là, il arrivait, petit à petit, Tessa y participait, avec l’aide de ses petits-enfants maintenant. C’était un combat de tous les jours, et il fallait aussi apprendre à mettre ses différents de côté pour vivre en paix les uns avec les autres, ce n’était pas plus compliqué que cela. Tout le monde ne pouvait pas s’entendre avec tout le monde, même au sein des Nephilims, certains se détestaient. Mais ça ne les empêchait pas de faire un bon travail en équipe pour autant. Ils ne pensaient pas à leurs différents quand ils étaient sur le terrain, mais à la mission qu’ils avaient à accomplir. Et c’était un très bon fonctionnement en soit dont nombreuses autres espèces devraient prendre exemple.

Après ils n’étaient pas parfaits, tout comme les fées, chose que cette chère Nymeria semblait avoir oubliée. Et Tessa ne manquait pas de lui rappeler la tromperie des fées, en plus des enlèvements d’enfants dont l’Enclave était bien sûr parfaitement au courant, mais fermait les yeux dessus pour éviter de déclencher une guerre. Elle en avait entendue parlé, de par son mari qui lui avait expliqué la chose il y a bien longtemps maintenant. Elle savait très bien que les fées, malgré leur visage angélique, étaient peut-être l’espèce la plus vile qui pouvait exister. Et qu’ils avaient beaucoup plus d’atrocités à se reprocher que les Chasseurs d’Ombres qu’ils prenaient tant de plaisir à blâmer et à détester.

« Je suis loin d’être idiote ma chère. Je sais que vous vous servez de cette fameuse interprétation des mots pour manipuler les gens, tout le Monde Obscure le sait. Que vos mots soient emplis de vérité ou non, c’est leurs conséquences qui en fait leur importance, et non le sens que vous voulez soi-disant leur en donner. »

Les fées n’étaient pas les seules personnes à jouer avec les mots, les autres espèces le faisaient aussi. Rien que les politiciens Terrestres en faisaient leur sport journalier. Ce n’était pas quelque chose de nouveau, et ce n’était pas quelque chose qui allait s’éteindre aussi. Mais ce n’était pas pour autant que c’était quelque chose de bien, au contraire même. Manier la vérité de cette façon, comme l’avait si bien souligné Tessa, pouvait entrainer des conséquences plus qu’importantes, à grande comme à petite échelle. Des gens souffraient de ce manque de sincérité, de cette information non révélée qui aurait pu les aider, ou au contraire de cette information qui n’aurait pas dû arriver à leurs oreilles. Pourquoi Tessa n’avait pas voulu savoir de quelle façon ses enfants étaient morts ? Pour ne pas vivre avec un désir de vengeance qui la hanterait jusqu’à la fin de ses jours. Elle avait demandé qu’on lui cache cette information pour qu’elle puisse se préserver. Tout était dans la nuance des choses.

« Les vampires ont trouvés une façon tout à fait éthique de se nourrir grâce aux poches de sang, et ils le vivent parfaitement bien. Tout comme certaines fées vivent aussi de cette façon, en respectant les autres espèces, et en ne participant pas à un génocide. Tout est une question de volonté. Les Lois sont justes, et très loin d’être insurmontables. Elles sont là pour que tout le monde puisse vivre en paix. »

Et ça fonctionnait de plus en plus, en réalité. Les différentes races s’entraidaient. Pas tout le temps, certes, mais ça arrivait. Un peu plus, petit à petit. Le monde se portait de mieux en mieux au fil du temps. Et Tessa était très heureuse de voir cela, même si elle aurait aimé que son mari puisse le voir aussi. Mais elle aimait se dire qu’une petite partie de lui était toujours là, avec elle. Il était peut-être physiquement mort, mais il serait toujours présent dans son cœur, jusqu’à la fin de ses jours. Les mots de Nymeria lui donnent tout de même un petit pincement au cœur. Elle baisse ses yeux sur son alliance, qu’elle n’a jamais retiré depuis que William la lui a donnée. C’est une partie de lui qui est toujours avec elle, quoiqu’il arrive.

« Il m’y suit, d’une certaine manière. Une partie de mon esprit est toujours avec lui quoiqu’il arrive. J’ai été heureuse le temps qu’il était là. Il m’a donné mes enfants, qui m’ont donné des petits enfants, et ainsi de suite. Une part de lui est toujours en eux. »

C’était subtile la plupart du temps, comme par exemple la couleur des yeux, ou encore la forme du visage. Mais c’était ces subtilités qui lui faisaient voir William sur les visages de ses descendants. Une partie de lui était toujours là, et ses souvenirs à elle restait présents. Les bons comme les mauvais, mais elle essayait surtout de se souvenir des meilleurs, et non des plus douloureux. Il aurait surtout voulu qu’elle ne baisse pas les bras, et c’était sa façon à elle de lui rendre hommage.



family
Herondale will be always here for each others ▬ no matter who, no matter what happend
Sujet: Re: [1952] I'm lost without my family - ft. Nymeria   Jeu 7 Fév - 21:43

Nymeria
The truth is the best lie
Date d'inscription : 15/09/2018
Messages : 71
Pseudo : Nîniel
Autres Comptes : Anastasia Wayland
Crédits : (c) Danderion (avatar) - (c) Nîniel (signature)
Suit : Ses Propres Lois
Localisation : Jamais très loin de Central Park
Orientation Sexuelle : Bisexuel(le)
Scenarii : Mon cher Connor Gibson, cet homme me cherchant depuis des années alors que je suis juste sous son nez.
Liens : We transform the world together
I'm lost without my family Nymeria n'avait aucune tolérance. Nul besoin de vraiment la connaître pour le savoir alors que sa mauvaise foi était des plus évidentes à cet instant. Tessa avait beau lui montrer son ouverture d'esprit en pointant le jugement trop hâtif de la fée, la Kelpie n’entendait guère raison. Elle ne cessait de toujours pointer le seul négatif de la vie des terrestres, des chasseurs d'ombre et de cette loi de l’Enclave qu'elle méprisait. Et pourtant, elle faisait face à une douce ténacité qui ne cessait de la surprendre et qui lui faisait apprécier la sorcière au sang partagé. Elle se gardait bien de le dire à voix haute, mais la blonde faussement angélique appréciait rencontrer cette opposition qui lui rappelait l’essence même d’un esprit. Les divagations de chacun répondant aux valeurs personnelles, c’était si intéressant à exposer. Seulement elle était incapable de revoir son propre jugement, restant fixée sur cette idée fixe de cette vision du monde qu’elle avait.

Les questions de Tessa tirèrent un discret sifflement d’énervement à la fée. Elle n’était pas dupe, elle voyait le cheminement de son raisonnement, seulement elle ne souhaitait pas être obligée d’avouer que cette dernière avait raison. Elle restait archaïque, aveugle face à l’évolution des mentalités, jouant sur le négatif restant toujours en travers des esprits.

« Tout le monde ne sera jamais satisfait. Il suffit de voir la simple réflexion de l’Enclave. Nous sommes le Créatures Obscures alors qu’ils sont les Chasseurs d’Ombres. Nous serons toujours considérés inférieur à eux. »

Il n’y avait plus de mépris cette fois. La lassitude avait envahi les propos de la fée alors qu’elle faisait part de cette pensée qu’elle avait toujours eut. La protection des terrestres passait toujours priorité aux yeux de ces hommes et femmes considérés comme angélique. Ce n’étaient pas eux qui l’avaient tiré des griffes des terrestres du village ayant bordé son loch, mais ils n’avaient pas hésité à venir sauver les terrestres quand le sang de la vengeance avait coulé. Le monde avait beau évolué, celui-ci restait toujours injuste.

« La loi n’est pas équitable. Elle va en faveur des terrestres. Ce sont ces vermines que votre Enclave a décidé de prendre sous son aile au détriment des autres. Des peuples dépérissent de par leur loi et ils n’en n’ont que faire. Ils préfèrent massacrer une famille soudée ayant protégé les siens de la fourberie des terrestres plutôt que de protéger ceux mis en danger par ces mêmes vermines. »

Malgré les siècles, Nymeria restait aveuglée par cette haine qu'avait créée le sentiment de trahison. La blessure ne s’était jamais réellement refermé alors qu'elle ne cessait de se demander qui sera la prochaine créature dont la naïveté deviendrait l’arme d’un terrestre et qui serait oubliée par cet Enclave vénéré.

La fée avait sciemment omis de répondre à la première question de la sorcière. À vrai dire, elle portait si peu d’attention aux chasseurs d’ombres, qu’elle n’avait retenue sa dernière altercation avec l’un de ses porteurs de runes. Elle les fuyait comme la peste et, quand elle en rencontrait, elle n’hésitait pas à leur faire valoir son image de chien chien d’Allicante. C’était comme demander à une souris d’être serviable envers un chat.

Cependant elle ne put retenir un léger rire face aux propos de Tessa. Ce discours sur le mensonge, la vérité, le sens des mots. La fée prenait plaisir à jouer dessus et elle n’avait encore sortie toutes ses armes. Il est vrai que les fées prenaient un malin plaisir à formuler leurs propos à double sens. Toujours s’assurer une porte de secours était salutaire pour ensuite assurer sa défense.

« Nous nous en servons comme vous pouvez user du mensonge. En quoi sommes-nous responsables des mauvaises interprétations ? Des conséquences engendrées par ceux n’ayant pas les connaissances afin de décrypter nos propos ? Nous leur donnons un sens, libre à notre interlocuteur de percevoir ce qu’il souhaite percevoir. »

C’était comme reprocher à un aveugle d’écrire une lettre en braille devenue alors illisible pour un novice en la matière. Nymeria faisait face à une ironique situation. Tessa l’incitait à ne pas faire de généralité alors qu’elle en faisait une sur les propos des fées. La nature les avait faits ainsi, en quoi devaient-elle changer ? Encore une fois, l’hypocrisie des chasseurs d’ombres se dévoilait dans l’esprit de la Kelpie qui gardait cette amère remarque pour elle. Relancer le débat était inutile, alors que la suite aurait pu hérisser les poils de la jeune femme.

« En quoi existe-t-il une juste équité dans vos lois ? Vous pardonnez les horreurs des terrestres à l’encontre des Créatures Obscurs ? La nature a créé un monde équilibré que ces si respectables lois dénaturent. Que c’est beau, les vampires ont la possibilité d’user de poches de sang. Et que faire des peuples se nourrissant de la chair des terrestres ? Les punir pour chercher à survire face à la famine qui leur est imposé ? Museler les loups afin de restreindre leur nature ? L’équité est devenue une belle blague. »

Certes, cela devenait injuste envers les terrestres, mais tout comme cela le devenait pour ceux participant à la chaîne alimentaire. Les plus fort dévorent les plus faibles et les faibles deviennent fort afin de survivre. Ainsi devait aller le monde et non garder les faibles dans leur faiblesse en leur laissant croire aux contes de fées.

« Et maintenant il n’et plus là, en dehors de vos souvenirs et de votre descendance. Ce n’est pas juste car le monde ne l’a jamais été. L’équité n’y a pas sa place. »

La lassitude avait repris les propose de Nymeria. Elle était fatiguée de voir à quel point chacun cherchait à changer un monde qui avait pourtant son fonctionnement. Le monde courrait à sa perte.
© CRIMSON DAY


Life changed for me, the moment I realised
Nothing in this world scares me, as much as I scare myself

Sujet: Re: [1952] I'm lost without my family - ft. Nymeria   Jeu 14 Fév - 14:03

Tessa Gray-Herondale
Warlock in town
Date d'inscription : 26/09/2018
Messages : 253
Pseudo : Choupinette
Autres Comptes : + Calypso Cifuentes + Anakin S. Redfield
Crédits : avatar: @angie gif: tumblr
Suit : L'Enclave
Emploi/loisirs : Professeur d'étude des Charmes à l'Institut de New York
Localisation : Manhattan, une maison, très ancienne, qui appartenait à sa tante
Orientation Sexuelle : Hétérosexuel(le)
Avec :
Preuve à l'appui : [1952] I'm lost without my family - ft. Nymeria Original
Scenarii :
Liens :
[1952] I'm lost without my family - ft. Nymeria Tumblr_p705zdsROk1wxdmrbo2_500
Jace Herondale + le dernier membre de sa famille encore en vie, celui qui lui a redonné de l'espoir, et qui la rend fière à travers ses actes.

[1952] I'm lost without my family - ft. Nymeria 921bbb1faa09e3a91b3d2cbd7c20a334
Magnus Bane + l'un de ses plus vieux amis, qu'elle n'a pas vu depuis des années, et qu'elle est bien heureuse de retrouvée à New York. Elle a une entière confiance en lui, et l'a toujours trouvé de bon conseil

[1952] I'm lost without my family - ft. Nymeria Source
Céline Herondale + uc.

I’m lost without my family
Nymeria & Theresa
Le monde changeait, c’était un fait que personne ne pouvait nier, pas même elle. Et en rélité, Tessa était bien contente de voir le monde changer comme il le faisait. Les choses avaient bien évoluées depuis qu’elle avait épousée William et que certains Chasseurs d’Ombres avaient criés à l’abomination que l’un des leurs épouse une créature aussi controversée qu’elle pouvait l’être. Il est vrai que la brune n’aurait normalement jamais dû voir le jour, si sa mère avait reçu les sacrements et n’avait pas portée l’Ange Mécanique quand elle avait été conçue. Mais le destin en avait décidé autrement, et elle était bien là, vivante, veuve depuis quelques années, elle avait même eu des enfants. Et elle ne pouvait pas s’empêcher de se dire qu’il y avait une raison derrière tout cela, qu’elle était aussi présente pour changer les choses, les rendre meilleures, donner leurs voix aux Créatures Obscures. Elle y arrivait en plus, depuis quelques années. Elle y travaillait, d’abord avec son mari, puis avec ses enfants et leurs camarades qui n’avaient pas hésités à tenir tête à leurs parents encore vieux jeux. Les choses changeaient, c’était indéniables. Le fait de se mettre des œillères ne changeait rien à la réalité du monde.

« Vous faites partis du Petit Peuple alors que d’autres sont des Enfants de la Nuit. Ce ne sont que des noms pour désigner les races, rien de plus. Les Lois vont dans le sens de leur égalité, si vous vous y intéressiez un peu plus. »

Certes, les Chasseurs d’Ombres étaient là pour faire régner la Loi, mais ça avait toujours été leur travail. Et puis, les Terrestres avaient bien la police et l’armée pour s’occuper de cela, il leur fallait bien la même chose au sein du Monde Obscure. Surtout que les Nephilims étaient tout autant punis, voir même plus sévèrement quand ils enfreignaient les Lois. La plupart d’entre eux étaient exécutés pour avoir trahit leur serment de Chasseurs d’Ombres et ceux qui n’avaient vraiment pas de chance finissaient enfermés à la Garde jusqu’à la fin de leurs jours. Chose qui était de loin la pire des tortures, si on demandait son avis à Tessa. La Garde était faite pour torturer les esprits de leurs pires vices, de leurs pires peurs. La mort était de loin le meilleur choix que n’importe qui pouvait avoir. La brune ne souhaiterait même pas à son pire ennemi de vivre dans ces conditions.

« Les Terrestres ne possèdent pas les capacités de se défendre par eux-mêmes. Ils sont inoffensifs, pour la plupart. Et nous ne pouvons pas faire d’un cas une généralité. Surtout que la plupart du temps, les Créatures Obscures sont plutôt bien contents de se servir d’eux quand ils en ont besoin, que ce soit pour se nourrir ou simplement pour se distraire. Les Terrestres ne sont pas nos esclaves, et encore moins des sacs de viandes. »

Certains le pensent encore aujourd’hui. Que les Terrestres sont uniquement là pour les nourrir et les distraire, mais c’est totalement faux. Les choses peuvent être faites de manière différente, de manière à ce que tout le monde en sorte gagnant. Ce n’était pas une chose impossible, il suffisait simplement que tout le monde se pose autour d’une table, et laisse ses différents de côté pour qu’une solution soit établie. Mais c’était visiblement le plus compliqué du processus, vu qu’ils étaient tous aussi butés les uns que les autres. Et ils avaient surtout tous leur fierté qu’ils ne voulaient pas laisser de côté ne serait-ce que cinq minutes. Et après on disait des Terrestres qu’ils étaient des vermines. Au moins eux arrivaient à se poser autour d’une table pour établir un traiter de paix.

« Sachez que tout le monde n’use pas du mensonge. Pour être honnête, la seule fois où j’ai menti dans ma vie, c’était pour protéger quelqu’un qui m’était cher. Mes paroles ont été males interprétées, parce que je le voulais. Tout comme vous. »

Tessa n’en était pas fière, c’était clair, mais c’était des choses qui avaient été nécessaires, sur le coup, pour sauver les personnes qu’elle aimait. Et si elle devait recommencer aujourd’hui, elle le ferait sans hésiter une seule seconde. Sa famille passerait toujours avant tout, quoiqu’il arrive. Parce que sa famille était tout ce qui lui permettait de rester en vie et d’avoir la tête sur les épaules. Si elle les perdait, elle perdait tout. Pas seulement son cœur qui se retrouverait en mille petits morceaux, mais aussi sa raison qui ne trouverait plus de but à suivre. Sa famille était ce qu’il y avait de plus importants pour elle.

« Les Terrestres ne doivent pas connaître le Monde Obscure pour éviter ce genre de désagréments. C’est dans la Loi, pour les protéger, autant que pour protéger notre monde parce que leur réaction est imprévisible. Et il y a d’autres moyens pour se nourrir que de tuer des Terrestres. Certains récupèrent des corps aux sorties de morgues pour se nourrir, d’autres chassent tout simplement des animaux. Et les loups sont loin d’être muselés, leur nature n’est pas de tuer, juste d’être deux êtres dans un seul corps. »

Les Terrestres n’étaient pas de la nourriture tout comme les Créatures Obscures n’étaient pas des animaux. Et c’était justement ce qu’elle disait, le fait que personne ne voulait faire de concession ni mettre ses différents de côtés. Il fallait penser à évoluer un peu. Les Terrestres n’étaient plus les mêmes que cinq siècles en arrière, tout comme les Chasseurs d’Ombres ne pensaient plus de la même manière que leurs ancêtres. Le monde évoluait, les mentalités aussi. Mais les immortels avaient tendances à rester encrés dans leur vision du monde, et ce n’était pas une bonne chose aux yeux de Tessa. Il fallait évoluer avec son monde, et non resté encrés dans des convictions qui n’avaient plus lieu d’être à l’heure actuelle.

« Au contraire, c’est tout à fait juste. William a eu l’occasion de vivre sa vie, de faire des choses bien et de changer le monde à sa façon. Il y a laissé sa trace, et nos enfants étaient là pour le relayer. Maintenant c’est au tour de nos petits-enfants de prendre la relève. C’est le juste ordre des choses. En fait, le plus anormal est que je sois encore là pour voir tout cela. »

L’immortalité restait un sujet très sensible pour la sorcière. Elle n’avait jamais vraiment accepté cette part d’elle-même, même si elle ne s’était jamais résolue à s’enlever la vie, parce qu’elle voulait rester là pour ses proches. Mais il lui arrivait parfois d’être fatiguée de cette immortalité, et de simplement vouloir rejoindre son mari dans l’au-delà. Maintenant ses enfants, qui n’étaient plus là, eux aussi. Elle avait parfois l’impression d’avoir largement assez vécue à son goût.



family
Herondale will be always here for each others ▬ no matter who, no matter what happend
Sujet: Re: [1952] I'm lost without my family - ft. Nymeria   Jeu 7 Mar - 9:20

Nymeria
The truth is the best lie
Date d'inscription : 15/09/2018
Messages : 71
Pseudo : Nîniel
Autres Comptes : Anastasia Wayland
Crédits : (c) Danderion (avatar) - (c) Nîniel (signature)
Suit : Ses Propres Lois
Localisation : Jamais très loin de Central Park
Orientation Sexuelle : Bisexuel(le)
Scenarii : Mon cher Connor Gibson, cet homme me cherchant depuis des années alors que je suis juste sous son nez.
Liens : We transform the world together
I'm lost without my family « De simples noms pourtant regroupés dans des catégories, parqués par une dénomination donnant subtilement la place de chacun. Les mots parlent d'eux-mêmes, nul besoin de maîtriser leur art pour le comprendre. »

L'échange tournait en rond, quiconque témoignerait des propos pouvaient le confirmer, et la fée assumait l'entièreté de sa mauvaise foi. Pourtant, elle mettait en évidence des faits qui s'avérait indéniable pour elle, jouait la carte de la destinée décidée par l'évolution elle-même. Si les terrestres avaient ce rôle de proie, c'était leur nature qui en avait décidé de tel, pas les autres et là était le refus de Nymeria d’y voir une équité.

Bien entendu qu’elle s’y était intéressée à ces fameuses lois. Cela était la base même du principe pour connaître ses droits. Elle avait peut-être mis un peu de temps à les découvrir, mais cela avait été une nécessitée afin de s’assurer que jamais, o grand jamais, ses actes ne se retournent contre elle. Avoir connaissance de ses forces et faiblesses était ce qui permettait à tous d’évoluer à travers les âges, sans en perdre sa tête. Une règle d’or lorsque l’on était conscient d’outrepasser les lois.

En tout cas, la fée devait reconnaître que les Terrestres avaient une bonne avocate pour les défendre face à l’aveuglement de la Kelpie. Elle entendait les propos de la sorcière, pouvait les comprendre si elle ne restait pas butée sur son propre avis.

« En effet, les Terrestres ne possèdent pas les capacités face à ce que nous sommes capable. Tout comme une souris restera toujours inférieur au chat. Pour autant, il y a-t-il une législation de la part des chiens afin d’empêcher les chats de s’en prendre à ces rongeurs n’ayant aucune chance ? »

Une image où finalement le terrestre était la souris et le chien l’Enclave. C’était chevaleresque que de vouloir défendre la veuve et l’orphelin – les terrestres en l’occurrence – mais les chevaliers finissaient bien souvent brûlé dans leur armure par le feu intense des dragons.

« Je n’ai jamais dit qu’ils étaient nos esclaves. Simplement que la nature les a faits plus faible, et qu’il doit bien avoir une raison. Tout comme la nature sait être destructrice et peut exterminer une espèce. D’ailleurs, ne possèdent-ils pas certaines capacités ? N’ont-ils pas créé des armes capables de tout ? »

Cela avait d’ailleurs laissé la fée de marbre, de voir à quel point ces humains pouvaient s’avérer ingénieux, et encore plus en ce temps post guerre. N’avait-il pas créé des armements de destruction dépassant tout entendement ?

Mais bien que cela ne se voit pas forcément, Nymeria était capable de concevoir que les humains nécessitait une protection. Ils n’étaient malheureusement pas en haut de la chaîne alimentaire, et si la loi de la jungle s’appliquait, ils ne dureraient jamais longtemps. Et c’était là le point important à leur sujet. Ils étaient dans une chaîne alimentaire et il ne fallait pas l’oublier.

Et restait cette histoire de mensonge. La fée ne voyait pas où était le mal dans les propos de son peuple. En quoi étaient-ils responsables des méprises ?

« Nous ne cherchons pas forcément à ce que chaque parole soit mal interprété. Seulement nous nous assurons des portes de sortie afin de survivre. Nous avons su nous approprier notre faiblesse afin d’en faire une force, telle a été l’évolution de notre peuple. Sans aucune aide de personne. »

Peut-être y avait-il de la méconnaissance derrière les dires de la Kelpie. Nymeria n’avançait que son point de vue de ce qu’elle avait toujours vu ainsi. Un avis qu’elle s’était fait durant ces jeunes années où elle avait tenu des propos naïfs en refusant de tromper les humains. Elle a finalement appris de ses erreurs et plus jamais la fée n’aurait de culpabilité à se créer des portes de sortie. Ne jamais donner sa parole sans sécurité derrière.

« Vous le dites de vous-même que nous ne pouvons prévoir leur réaction. Nous sommes toujours restés des mythes à leurs yeux, la méconnaissance les abrutissent, les laissent croire que rien de plus puissant qu’eux n’existe. Les Lois n’ont fait que renforcer la faiblesse humaine, nous obligeant nous autres immortels à vivre masqué, toujours voyager afin que personne ne se doute de quoi que ce soit face à notre éternelle jeunesse. »

L’immortalité était bien le problème majeur de ce secret à garder. Comment justifier de rester éternellement identique, là où le passage des ans se fait connaître de tous ? Survivre à chaque siècle, devenir témoin de l’histoire, mais sans jamais pouvoir s’établir au même endroit. C’était peut-être cela qui jouait aussi dans l’animosité de Nymeria à l’encontre de ce peuple mortelle. Ne pas leur exposer la vérité et vivre continuellement dans l’ombre, ou dans les eaux pour le cas de la Kelpie.

Elle avait eu un haussement d’épaule. Juste ou non, le William de cette femme n’était plus et elle si. Elle se retrouvait à vivre parmi les mortels, devant encaisser la perte des siens. Nymeria n’y voyait aucune justice, simplement de la pure folie.
© CRIMSON DAY


Life changed for me, the moment I realised
Nothing in this world scares me, as much as I scare myself

Sujet: Re: [1952] I'm lost without my family - ft. Nymeria   Lun 11 Mar - 14:12

Tessa Gray-Herondale
Warlock in town
Date d'inscription : 26/09/2018
Messages : 253
Pseudo : Choupinette
Autres Comptes : + Calypso Cifuentes + Anakin S. Redfield
Crédits : avatar: @angie gif: tumblr
Suit : L'Enclave
Emploi/loisirs : Professeur d'étude des Charmes à l'Institut de New York
Localisation : Manhattan, une maison, très ancienne, qui appartenait à sa tante
Orientation Sexuelle : Hétérosexuel(le)
Avec :
Preuve à l'appui : [1952] I'm lost without my family - ft. Nymeria Original
Scenarii :
Liens :
[1952] I'm lost without my family - ft. Nymeria Tumblr_p705zdsROk1wxdmrbo2_500
Jace Herondale + le dernier membre de sa famille encore en vie, celui qui lui a redonné de l'espoir, et qui la rend fière à travers ses actes.

[1952] I'm lost without my family - ft. Nymeria 921bbb1faa09e3a91b3d2cbd7c20a334
Magnus Bane + l'un de ses plus vieux amis, qu'elle n'a pas vu depuis des années, et qu'elle est bien heureuse de retrouvée à New York. Elle a une entière confiance en lui, et l'a toujours trouvé de bon conseil

[1952] I'm lost without my family - ft. Nymeria Source
Céline Herondale + uc.

I’m lost without my family
Nymeria & Theresa
Tessa faisait partie de ces personnes qui pensaient que le monde pouvait changer et qu’on pouvait l’y aider. Cela avait même déjà été un peu le cas depuis qu’elle était arrivée dans le Monde Obscure et qu’avec son mari, puis ses enfants, elle s’était battue pour les droits de tous et les devoirs de chacun. Le monde avait déjà changé. Certes, pas énormément, mais en même temps, ce n’était pas en seulement quelques décennies que de véritables changements pouvaient avoir lieu. Il fallait être patient, continuer à discuter, et à faire comprendre les choses aux autres. C’est comme cela qu’à chaque signature d’Accords, les choses pouvaient changer, et la vie pouvait devenir meilleure pour tous. Passer par la violence n’était pas une solution, rester ancré dans les clichés non plus. Il fallait s’écouter et discuter.

« Cela ne change rien au fait que nous pouvons tous mourir. Et que nous appartenons tous au Monde Obscure. »

Et au monde de manière générale d’ailleurs. On naissait tous, et on finissait tous par mourir, même des êtres immortels. Même si l’heure de Tessa n’était pas encore venue, elle savait que cet instant arriverait un jour. Et elle accepterait la mort tout comme elle avait accepté son appartenance à ce monde. Elle espérait d’ailleurs secrètement que la mort arriverait vite pour qu’elle puisse y retrouver son mari et ses enfants, mais cela était une chose qu’elle gardait pour elle. Son secret d’avoir cette envie de mourir avant de culpabiliser, parce qu’elle avait encore de la famille ici-bas qui avait besoin d’elle. Les laisser tomber de cette façon serait égoïste, alors tant qu’ils seraient là, elle continuerait à se battre, et à vivre, malgré la douleur qui l’habitait tous les jours.

Et elle continuerait tout autant à défendre des Terrestres becs et ongles sortis, même si cela faisait déjà des années qu’elle ne vivait plus parmi eux. La brune n’oubliait pas ses origines. Elle n’oubliait pas que c’était sa tante Terrestre qui l’avait élevée, qu’elle s’était rendue à l’école avec les autres Terrestres, qu’ils lui avaient appris des choses quand elle était encore toute jeune. Elle devait beaucoup de choses à cette partie de sa vie, même si une part de cette période n’était qu’illusion à cause du secret que sa mère avait pu garder la concernant. Mais ça ne l’avait pas empêchée de se sentir bien avec eux.

« Oh, les souris peuvent être bien plus malines que certains chats, vous savez. Mais cette comparaison n’a aucune valeur, étant donné que les chats, souris, et chiens ne vivent pas dans une société qu’ils ont fondée, qu’ils ne suivent pas la moindre loi, et qu’ils n’ont pas la même conscience que nous quant au monde qui nous entoure. »

Loin de là son envie de dénigrer les animaux mais… C’était un fait. On ne pouvait pas comparer la société du Monde Obscure ou même des Terrestres aux lois de la nature qui dictaient leur conduite aux animaux. C’était tout simplement insensé d’essayer de trouver le moindre lien entre deux causes qui étaient au final totalement différentes.

« Dieu nous a conçu de cette façon. Et on sait tous que Dieu n’a pas toujours fait les bons choix. Ce n’est pas pour rien que Raziel est descendu sur Terre pour offrir les Instruments Mortels à un Chasseur d’Ombres qui n’était qu’un simple Terrestre demandant de l’aide pour combattre les démons. Il l’a fait parce que les Terrestres avaient besoin de la magie angélique pour survivre. Peu importe les armes qu’ils peuvent créer, on sait tous que la moindre bombe nucléaire ne pourra jamais anéantir un Démon Supérieur, seule une lame séraphique le peut. »

Le pouvoir angélique, que tous les Terrestres ne pouvaient pas supporter d’ailleurs. Ce n’était pas forcément une chance d’être un Chasseur d’Ombres, parfois leur mission pouvait être un fardeau lourd à porter, surtout quand on perdait quelqu’un qui nous était cher. Tessa était bien placé pour le savoir, après avoir perdu son mari et ses enfants. Elle en souffrait, comme toute mère en souffrirait. Et elle enviait les Terrestres qui ne se retrouvaient pas avec le poids de l’immortalité sur les épaules.

« Vous n’avez jamais laissé personne vous aider, soyez honnêtes. »

Les fées s’étaient toujours tenues à l’écart des autres Créatures Obscures, et en réalité, si quelqu’un était à blâmer là-dedans, c’était sans aucun doute leurs dirigeants. La Reine de la Cour des Lumières, et le Roi de la Cour des Ténèbres qui avaient donnés l’exemple aux autres. Certainement parce qu’ils s’étaient trahis l’un l’autre et qu’ils ne faisaient plus confiance en personne. Ce qui était triste, quand on regardait bien, qu’ils en soient arrivés à là. Et l’isolement n’était jamais une bonne chose, ça finirait par leur retomber dessus un jour ou l’autre.

« Bientôt voyager ne sera plus utile. Les Terrestres bougent, les villes s’agrandissent. Il devient de plus en plus facile maintenant de se perdre dans la masse. Et tout le monde n’a pas la chance de voyager et de découvrir le monde. Au lieu de s’arrêter sur les mauvaises choses, voyez qu’il vous suffit d’avoir envie d’aller quelque part pour vous y rendre et que rien ne vous retient. »

C’était une chose que Tessa avait toujours appréciée, de pouvoir voyager depuis qu’elle était arrivée dans le Monde Obscure. Même si elle n’avait pas non plus fait de nombreux voyages, rien que le fait de pouvoir passer de Londres à Alicante en un claquement de doigts était déjà une chance à ses yeux. Elle était heureuse de pouvoir le faire, et de pouvoir se réfugier dans des endroits familiers quand elle en avait envie, et qu’elle en ressentait le besoin.



family
Herondale will be always here for each others ▬ no matter who, no matter what happend
Sujet: Re: [1952] I'm lost without my family - ft. Nymeria   Ven 10 Mai - 11:33

Nymeria
The truth is the best lie
Date d'inscription : 15/09/2018
Messages : 71
Pseudo : Nîniel
Autres Comptes : Anastasia Wayland
Crédits : (c) Danderion (avatar) - (c) Nîniel (signature)
Suit : Ses Propres Lois
Localisation : Jamais très loin de Central Park
Orientation Sexuelle : Bisexuel(le)
Scenarii : Mon cher Connor Gibson, cet homme me cherchant depuis des années alors que je suis juste sous son nez.
Liens : We transform the world together
I'm lost without my familyLa volonté de la sorcière à vouloir défendre les Terrestres était non seulement louable, mais ça avait aussi cet effet de créer une envie chez la fée de les observer un peu plus. Non pas qu’elle souhaitait revoir son jugement, mais creuser, trouver de nouveaux arguments pour ou contre son point de vue, et surtout, comprendre cette défense qu’avait la brune. Car, malgré sa haine envers ce peuple mortel, Nymeria gardait une certaine curiosité à leur égard. Les voir perdurer malgré leurs multiples erreurs lui paraissait étonnant. Rien qu’à voir le chaos des dernières années, où la blonde avait presque parié sur la fin de l’humanité. Mais non, ils tenaient bien ces cafards.

Certes, la mort était la finalité de tout le monde. Personne n’était éternelle, et pas même la créature la plus ancienne ne pouvait s’en vanter. La blonde avait conscience de ça. Elle était même certaine d’avoir déjà frôlé la mort, que ce soit en se laissant dépérir ou de par un danger quelconque. Mais elle se savait aussi chanceuse d’être là aujourd’hui, alors que la vie lui avait déjà joué pas mal de tous.

« L’univers lui-même a comme finalité la mort. L'horloge de la vie résonne en chacun de nous, je ne le démens pas. »

Faisait-elle preuve de bonne volonté en disant cela ? En partie. Nymeria avait retenu la fin de sa pensée qui n’avait finalement comme seul but de l’enfoncer dans ce cercle sans fin d’entamer. Cela n’aurait rien apporté et elle se contentait de faire connaître cette vision similaire.

Un sourire, pas si discret, s’était étiré sur ses lèvres alors que la sorcière réfutait sa thèse du chat et de la souris. Elle marquait un point, les animaux n’avaient pas réellement de société établie, du moins de la vision de l’homme. Pourtant, quelque chose existait entre eux, qu’importe les espèces. Un système de dominance, d’adoption. Pour la Kelpie, cela dépassait les esprits les plus poussés de par la simplicité et la complexité présente à la fois. Les animaux, ces êtres parfois exceptionnels, savaient rappeler de par leur fonctionnement qu’ils maîtrisaient bien mieux ce monde que quiconque d’autre.

« Ne sous-estimez pas la vision de nos amis les animaux. Le monde leur appartenait avant même que nous apparaissions, ils savent le préserver, le protéger, alors que nous autres, Créatures Obscures comme Terrestre, le menons à sa perte en voulant continuellement évoluer. »

Un miracle peut-être pour la fée d’accepter de se mettre au même niveau que les Terrestres ou les Chasseurs d’Ombres. Mais c’était un constat offert par l’immortalité : être témoin de l’Histoire était aussi être témoin de cette volonté d’esprit d’évoluer. Les guerres d’aujourd’hui étaient bien plus destructrice que celle d’hier. Là où il avait fallu du temps aux Kelpis pour mettre un village à feu et à sang, une simple bombe en rayait une autre de la carte désormais. Le monde évoluait trop vie et la planète était la première à en payer le prix.

Encore une fois, la sorcière savait avait raison au détriment de la fierté de la blonde. Il est vrai que le premier Chasseur d’Ombre était un Terrestre et non une Créatures Obscure. Cet ange avait donné des armes à un simple mortel qui aurait péri sous la puissance des démons sans Raziel. Un sacrilège pour la fée, qui s’en trouvait sans réponse. Elle pouvait surenchérir, illustrer la faiblesse des Terrestres par cet exemple, mais à quoi bon ? Se prendre son tort encore plus violemment dans la figure ? Son ego était déjà assez atteint et s’était sans compter l’affirmation suivante.

Nymeria était restée silencieuse un instant. Ne jamais laisser personne l’aider ? L’aider à quoi ? C’était vrai. À ce jour, elle refusait toute aide, refusait de monter une quelconque vulnérabilité en laissant quelqu’un d’autre agir.

« Et qui pourrait m’aider ? Lorsque j’en ai eu besoin, personne n’est venu. Seuls les miens ont accepté de braver les règles pour me venir en aide. Je n’attends plus rien de personne désormais. »

Elle n’avait pas été cinglante, ni même méchante dans ses propos. Une simple constatation qu’elle faisait. La fée n’attendait plus rien de personne, si ce n’était de la laisser vivre selon sa vraie nature. Rien d’autre qu’un simple souhait déjà entravé par les règles de l’Enclave.

« Mes frères et sœurs ont péri de la main des Chasseurs d’Ombre pour m’être venu en aide. Je ne laisserais personne d’autre mourir pour ça. »

Tessa voulait de l’honnête, Nymeria ne s’était pas défilé. Aucun subterfuge, le rapport de simples faits encore inscrits dans sa mémoire malgré les siècles passés. Peut-être était-ce une erreur de sa part que de ne plus laisser personne l’aider, mais la blonde s’était isolée et elle ne voulait plus que les siens paient le prix fort pour elle. C’était d’ailleurs elle qui le faisait en s’étant exilée d’Écosse afin de ne plus voir l’attention attirée par ce Loch où elle avait vu le jour. Un sacrifice qui la menait depuis des décennies sur les routes de ce monde où elle se devait de cacher son éternelle jeunesse, ce qui était parfois amusant.

« Ils bougent, certes, mais cela ne changent rien à leur naïveté et ignorance. Si vous tenez tant à les protéger, pour ne les instruire et leur apprendre à vous accepter ? Leur apprendre à ouvrir leur esprit afin d’éviter des drames passés ? »

Nymeria évoquait les différents éléments de l’histoire. Chasse aux vampires, aux sorcières, les nombreuses fois où l’humanité avait refusé d’accepter une différence.

:copyright: CRIMSON DAY


Life changed for me, the moment I realised
Nothing in this world scares me, as much as I scare myself

Sujet: Re: [1952] I'm lost without my family - ft. Nymeria   Lun 13 Mai - 12:33

Tessa Gray-Herondale
Warlock in town
Date d'inscription : 26/09/2018
Messages : 253
Pseudo : Choupinette
Autres Comptes : + Calypso Cifuentes + Anakin S. Redfield
Crédits : avatar: @angie gif: tumblr
Suit : L'Enclave
Emploi/loisirs : Professeur d'étude des Charmes à l'Institut de New York
Localisation : Manhattan, une maison, très ancienne, qui appartenait à sa tante
Orientation Sexuelle : Hétérosexuel(le)
Avec :
Preuve à l'appui : [1952] I'm lost without my family - ft. Nymeria Original
Scenarii :
Liens :
[1952] I'm lost without my family - ft. Nymeria Tumblr_p705zdsROk1wxdmrbo2_500
Jace Herondale + le dernier membre de sa famille encore en vie, celui qui lui a redonné de l'espoir, et qui la rend fière à travers ses actes.

[1952] I'm lost without my family - ft. Nymeria 921bbb1faa09e3a91b3d2cbd7c20a334
Magnus Bane + l'un de ses plus vieux amis, qu'elle n'a pas vu depuis des années, et qu'elle est bien heureuse de retrouvée à New York. Elle a une entière confiance en lui, et l'a toujours trouvé de bon conseil

[1952] I'm lost without my family - ft. Nymeria Source
Céline Herondale + uc.

I’m lost without my family
Nymeria & Theresa
La mort n’était pas vraiment un sujet que Tessa appréciait aborder alors qu’elle venait tout juste de perdre son dernier enfant. Elle savait, bien entendu, que n’importe qui finissait par mourir un jour, et cela malgré le fait même que certains d’entre eux se ventent immortels. Mais ils ne l’étaient pas réellement, au final. Un jour, ils finiraient par s’éteindre aussi, soit parce qu’ils se seraient fait tués, soit parce qu’ils l’auraient décidés. Pour la brune, elle ne savait pas encore quelle option s’offrirait à elle. La mort si elle devait protéger l’un des siens, ou se battre pour le Monde Obscure. Ou se laisser dépérir quand elle aurait perdue absolument tous les membres de sa famille. Ce qui risquait d’arriver. La lignée des Herondale s’arrêterait bien un jour. Peut-être pas tout de suite, peut-être seulement dans plusieurs siècles. Mais le jour arriverait où elle ne serait plus que la seule Herondale à fouler le sol de cette planète. Autant dire qu’elle n’était pas pressée que ce jour arrive. Il était déjà si douloureux pour elle d’avoir perdue son mari et ses enfants, savoir que sa descendance s’arrêterait n’en était que plus douloureux. Si elle tenait, encore aujourd’hui, c’était uniquement parce qu’elle avait toujours de la famille.

« On le voue à sa perte en voulant se détruire entre nous. Si nous étions en paix, les choses seraient bien différentes, mais certains sont trop têtus pour bien vouloir l’admettre. »

Tessa avait peut-être une vision assez utopique du monde, mais à ses yeux, si tout le monde s’acceptait et collaborait, le monde se porterait bien mieux. C’était en temps de conflit que les pires choses faisaient leur apparition, la preuve en était bien la Seconde Guerre Mondiale et l’exemple des nazis qui avaient fait des choses tout à fait atroces. Et tout cela seulement parce que des personnes ne pratiquaient pas la même religion qu’eux, ou n’avaient pas le même niveau de motricité. C’était quand même malheureux, d’en arriver à un tel niveau de haine. La sorcière ne comprendrait jamais comment on pouvait en arriver là, elle qui avait tellement le cœur sur la main et qui était toujours prête à laisser sa chance à tout un chacun. Du moins, c’était ce qu’elle pensait à cette époque. L’arrivée de Valentin dans la vie de sa famille quelques années plus tard allait bien changer la donne.

« Et c’était il y a combien de temps ? Un millénaire ? Le monde change, les gens évoluent, et notre société aussi. Des lois ont été créées pour aider les Créatures Obscures, et des discussions sont engagées chaque année pour essayer d’améliorer ces lois. Vous ne pouvez pas blâmer l’entièreté des Chasseurs d’Ombres sur des générations entières pour l’erreur de leurs ancêtres, cela n’a aucun sens. »

Est-ce qu’on la blâmait, elle, pour les actes de son père, démon Eidolon ? Non, tout simplement parce qu’elle était une personne différente. Parce qu’elle n’était pas son père malgré le fait qu’elle partageait le même sang. Et personne ne lui en tenait rigueur. Son mari l’avait totalement accepté en sachant cela, alors qu’elle avait transmis ce sang à leurs enfants. Et elle avait prouvée plus d’une fois qu’elle n’était pas comme lui, qu’elle avait bon cœur, et qu’elle était prête à aider son prochain. Elle l’avait fait toute sa vie, et continuerait encore, jusqu’à son dernier souffle. C’était pour cette raison qu’on lui avait permis d’exister, après tout. Pour réunir les peuples, pour montrer que Nephilims et Créatures Obscures n’étaient pas si différents les uns des autres. Ils avaient tous des sentiments, des envies, et un besoin de justice. Le tout était de s’arranger pour bien faire les choses.

« Parce que ça bouleverserait l’ordre des choses, et que ce n’est pas la volonté des Anges. Si notre existence est restée secrète pendant des siècles, c’est bien pour empêcher un maximum aux Terrestres de se retrouver totalement à la merci des démons. Nous sommes là pour les protéger de ce qu’ils ne peuvent voir et de ce qu’ils ne peuvent combattre. Ils n’ont pas la force ni les capacités à tuer un démon. »

C’était leur boulot, après tout. Les Nephilims avaient été créés par Raziel pour accomplir cette mission et ils se devaient de respecter la volonté des anges. S’ils ne le faisaient pas, les conséquences pouvaient être grandes, et Tessa n’avait très franchement pas envie d’en voir la couleur. Et puis, vivre dans l’ombre n’était pas si terrible que cela, vu que dans l’ombre se cachait un monde rempli de vie et de lumières des êtres qui l’habitaient.



family
Herondale will be always here for each others ▬ no matter who, no matter what happend
Sujet: Re: [1952] I'm lost without my family - ft. Nymeria   Lun 17 Juin - 0:03

Nymeria
The truth is the best lie
Date d'inscription : 15/09/2018
Messages : 71
Pseudo : Nîniel
Autres Comptes : Anastasia Wayland
Crédits : (c) Danderion (avatar) - (c) Nîniel (signature)
Suit : Ses Propres Lois
Localisation : Jamais très loin de Central Park
Orientation Sexuelle : Bisexuel(le)
Scenarii : Mon cher Connor Gibson, cet homme me cherchant depuis des années alors que je suis juste sous son nez.
Liens : We transform the world together
I'm lost without my familyCette discussion… Nymeria se réfugiait dans ses retranchements alors que la sorcière avait raison au travers de certaines de ses paroles et la fée avait du mal à l’accepter. Elle avait une grande gueule quand elle le voulait, mais quand on la mettait face à des vérités qu’elle refusait, l’élégante jument devenait ce poulain boudeur refusant de répondre. Mais là, ce n’était pas face à ces vérités qu’elle se réfugiait dans ce repli, mais face aux faits énoncé. La fée ne parlait jamais de sa captivité et de ce qui la faisait tant haïr les terrestres. Elle avait su leur trouver mille et une raison au fil des siècles afin de garder la vérité au plus profond d’elle-même.

Cependant, la brune avait su poser les bonnes questions, faire que la blonde quitte son bouclier d’arrogance pour laisser voir celle qu’elle était réellement. Car telle était Nymeria, une fée sans plus aucune confiance dans ce monde l’entourant et ayant vécu bien trop longtemps seule. Elle repoussait tout le monde, et ne se sentait pas prête à se remettre en question. Elle considérait avoir raison d’agir ainsi, alors qu’elle gardait l’éternelle même reproche envers cette société fondée au sein du Monde Obscure.

« Qu’importe le temps écoulé. Des siècles, des millénaires, en quoi est-ce légitime de laisser un peuple se venger seul pour ensuite le condamner pour leurs actes ? C’est ainsi que nous devons donc vivre ? Dire amen au moindre Terrestre pour cette simple raison de leur manque de connaissances envers la vérité ? »

La fée voulait bien comprendre, elle était ouverte aux explications, même si elle pouvait ne pas les accepter. Elle n’y voyait qu’une magnifique injustice dans la perte des siens qui avaient simplement réclamé justice.

« Je ne blâme pas l’entièreté des Chasseurs d’Ombres, mais la société qui les régit pour leur absence d’équité. Votre Enclave qui impose ses lois. Ce sont eux que je blâme de ne pas voir ce qu’on leur montre. Le jour où ils accepteront d’agir avec équité, je cesserais de les blâmer. En attendant, je ne peux pas leur pardonner d’avoir ordonné l’exécution des miens qui voulaient simplement réclamer justice. »

C’était presque étrange pour Nymeria de se confier ainsi, mais en parler ne lui causait aucun mal non plus. Elle qui avait passé les siècles à se refermer au point d’abandonner ses origines, elle se rendait compte qu’elle était prête à faire un pas vers ce qu’elle haïssait le plus au monde à la condition que ce pas était réciproque. Elle se croyait égoïste à penser uniquement à sa vengeance, mais derrière cela, il y avait une volonté d’équité.

Et pourtant, cet individualisme restait de par son manque de considération envers les terrestres. Elle les avait toujours vus comme de la vermine et cette vision ne changeait nullement malgré les dires de la Herondale. Tessa défendait son point de vue opposé à celui de la fée qui restait bien ancrée dans ses positions. Elle refusait de voir autre chose chez ces mortels qu’elle a longtemps utilisé pour leur propre évolution. Échanger les enfants fées avec ceux des humains leur permettait de faire perdurer leur peuple, et en contrepartie, jamais personne n’avais su ce qu’advenait des petits Terriens. Elle avait raison Tessa, l’Enclave fermait les yeux sur ces pratiques. Mais était-ce suffisant ? Pas pour la fée qui considérait que c’était un minimum alors que les mortels étaient privilégiés face à leurs actes.

« Un secret bien amusant d’ailleurs. Nous sommes dans tous leurs folklores, ils ont connaissance de notre existence, mais restent trop enfermés dans leur monde pour y croire. On ne les aide pas à survivre en les gardant enfermé dans ce mensonge. Quitte à faire d’eux nos égaux, nous pourrions les former à survivre. »

Un exploit qu’elle fasse une telle proposition. Elle qui ne les voyait jamais dans la capacité à s’élever, elle offrait une solution. Mais c’était ça ou elle insistait sur l’ordre des choses faisant d’eux une proie naturelle. S’ils n’étaient pas capables de combattre, alors pourquoi laisser d’autre mourir pour eux ?
:copyright: CRIMSON DAY


Life changed for me, the moment I realised
Nothing in this world scares me, as much as I scare myself

Sujet: Re: [1952] I'm lost without my family - ft. Nymeria   

Contenu sponsorisé

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum