RSS
RSS


,
 

We already met, it seems to me ? [Angelica Gladstone]

Sujet: We already met, it seems to me ? [Angelica Gladstone]   Sam 13 Oct - 13:01

Ethan Denvers
Facilis desensus averno
Date d'inscription : 15/09/2018
Messages : 407
Pseudo : Eth'
Age : 20
Crédits : Ash' (Avatar)
Emploi/loisirs : Conseiller stratégique de l'institut de Brooklyn - Stratège
Localisation : New York, Brooklyn
Orientation Sexuelle : Bisexuel(le)
Scenarii : Matthew Denvers ▬ Grand frère
Liens : Angelica Gladstone ▬ Connaissance qui a changé ma vie -> Amie
Anastasia Wayland ▬ Ennemie, Rivale..mais séduisante
Matthew Denvers ▬ Grand frère
Alec Lightwood ▬ Patron -> Ami
Simon Lewis ▬ Connaissance drôle -> Ami
Amara F. Withelaw ▬ Collègue, Connaissance ->Amie


We already met, it seems to me?

Ft. Angelica Gladstone


1 an… 1 an déjà, que j’ai appris l’existence d’Anastasia Wayland, cette fille me tournait dans la tête depuis ce jour où je l’avais rencontré indirectement. C’était une rivale certes, mais cette fille avait réussi à me fasciner tout en faisant naître une frustration indomptable en moi. C’était beaucoup trop pour que je ne cesse d’y penser.

Cette nuit-là, je me réveillais. Cela ne m’arrivait pas tout le temps. Surtout, que j’étais un des premiers levé dans l’institut, mon poste l’exigeait, c’est pourquoi il valait mieux que je dorme bien la nuit. Mais lorsque cette situation se présentait à moi, il m’était impossible de me rendormir uniquement en restant dans mon lit enroulé dans ma couette à penser de tout et de rien. Je décidais bien souvent lorsque ça se présentait, d’aller m’entraîner.

Je n’étais pas très bon en combat, je dois bien l’avouer, mais je devais tout de même continuer ces entraînements, ne serait-ce que pour m’entretenir physiquement. De plus, quand je m’entraînais, cela me permettait d’évacuer tout ce que j’avais à cacher et d’enfuie, profondément derrière la carapace que je m’étais forgée il y a déjà plus de dix ans. J’essayais de changer, mais ce n’est pas simple. On ne change pas complètement du jour au lendemain en un claquement de doigts. Non, c’était encore dur de laisser s’échapper pleinement des sentiments enfermés depuis longtemps à l’intérieur de moi. De plus, mes débuts à l’institut ont été assez compliqués à vivre. Bien que j’eu fait mes preuves en tant que Shadowhunter, tous n’admettaient pas le talent que mon frère avait repéré en moi, celui que j’avais pourtant fait connaître à tous. A l’époque il était difficile d’être reconnu réellement, sans avoir une habilité particulière au combat et donc sur le terrain, ce que la plupart possédaient déjà d’un niveau supérieur au mien. Le terrain, je ne le pratiquais plus vraiment depuis ce petit accident qui m’en laissa une marque aujourd’hui.

Mais depuis quelque temps, notamment depuis qu’Alec Ligtwhood était à la tête de l’institut, les choses étaient différentes. Ce petit gars d’à peine 1 an de plus que moi, faisait évoluer les choses et me donnait l’envie de donner le meilleur de moi. Il me faisait réaliser, que peu importe son passé, il était possible de changer.

C’est aussi ça, qui me poussait à donner, lors des missions, le meilleur de moi-même et qui ce soir me conduisait à aller m’entrainer de nouveau. Je me levai de mon lit encore pas très bien réveillé. J’enfilai un débardeur, un short, histoire de me sentir le plus décontracté possible. Je fis quelques pompes, quelques abdos. Je me dirigeai vers le lavabo pour me passer un coup d’eau sur le visage, avant de sortir de ma chambre et de me diriger vers la salle d’entraînement.

La nuit, j’étais seul, bien que quelques fois, je croisais quelques personnes. Certainement qu'ils avaient besoin tout comme moi, d’être un peu seule et de décompresser à l’abri du regard des autres. Une bouteille d’eau à la main, une serviette autour du cou, je rentrai dans la salle.

Personne ! J’allais être tranquille cette nuit-là. Je laissai mes petites affaires par terre. Je commençai à taper en douceur dans le sac de frappe présent devant moi. Comme à chaque fois, les souvenirs revenaient. Des souvenirs de mon enfance, de mes parents en train de hurler sur mon frère qui ne faisait que me défendre et me protéger, comme il l’a toujours fait. Mais aussi des souvenirs de ce fameux jour où le parabatai d’Anastasia Wayland débarqua à l’institut pour annoncer et dénoncer un gros projet du cercle, une puce pouvant contrôler les créatures obscures, d’ailleurs, c’est Anastasia elle-même qui l’avait conçue. Ces petits instants très brefs où j’ai senti la perte de contrôle monter en moi, quelque chose qui n’arrivait jamais, surtout en public.

Tous ces souvenirs ressurgissaient. Je commençai à taper de plus en plus fort et de plus en plus vite, je donnais tout ce que j’avais dans mes poings, toute la colère, la frustration, la tristesse qui était en moi. À travers mes coups, j’espérais faire sortir la douleur de mon corps. Toute cette douleur, je la retrouvai finalement au niveau de mes phalanges. Elle ne voulait pas sortir. Je compris que cette douleur, elle était enfermée en moi à jamais, elle faisait partie de moi, jamais je ne pourrais m’en détacher.

Que m’arrivait-il, c’était inhabituel, je parvenais pourtant à me contrôler d’habitude, mais cette nuit-là, je n’y arrivais pas, je continuais de taper malgré la douleur et le liquide rouge qui sortait de mon corps venant tâcher le sac. En comprenant que cette douleur ne disparaîtrai jamais, je tentais de m’arrêter, mais en vain. C’est comme si mon corps avait pris le contrôle de mon esprit pendant ce court instant.
Des gouttes de sueur tombaient sur mon visage et émanaient sur tout mon corps. Je sentais celle-ci se mêler à mon sang encore présent sur mes doigts.

Tout défilait dans ma tête. Une seconde après plus rien, toutes mes pensées se stoppèrent nettes.

Je sentais la présence de quelqu’un derrière moi. C’est alors que je repris le contrôle de mon corps et stoppai aussi nettement que mes pensées, les coups que je portais au sac de frappe. Je n’aimais pas être surpris surtout dans une situation comme celle-là. Après avoir retrouvé mon souffle et respiré profondément pendant quelques secondes, je me retournai. C’est alors que j’aperçu la jeune brunette. Je la connaissait, c'était elle, cette petite fille qui m'avait, on peut le dire, éclaté pendant un combat d'entraînement lorsque j'avais onze ans, celle qui avait presque tout changé pour moi, depuis le départ de mon frère.

Elle me regardait dans les yeux après avoir jeté un œil à mes phalanges, comme si elle me disait « Eh bien, tu n’y es pas allé de main morte, on dirait ». J’affichais un air un peu confus et gêné puis lui lança tout simplement « Eh.. salut ! » tout en passant ma main derrière ma nuque de manière embarrassée. Puis je me dirigeai vers elle pour récupérer mes affaires au sol, à seulement quelques mètres de ses pieds.

@Angelica Gladstone
Code by Joy




We already met, it seems to me ? [Angelica Gladstone] Francisco-lachowski-hot-guy-smile-Favim.com-1075154We already met, it seems to me ? [Angelica Gladstone] Tumblr_ob93luqRoe1vb81rko1_500
- I don't want to be anymore that little boy I was before,
but it's hard.. ! -
Sujet: Re: We already met, it seems to me ? [Angelica Gladstone]   Jeu 18 Oct - 18:01

avatar
Invité
Invité





We Already Met, It Seems To me ?


You are not alone, you will never be alone. No matter what people say, no matter what they think of you, you do not have to be ashamed to be yourself.

La nuit, mon pire ennemi depuis des semaines déjà. Je craignais presque de m’endormir lorsque le sommeil ne m’emportait pas de lui-même. Ce soir-là, encore une fois, je me trouvais dans mon lit et je refusais d’être l’esclave de mes cauchemars, de rester son esclave à lui. Mon regard se perdait à travers cette fenêtre, juste en face de moi. Je venais à me demander où elle pouvait bien se trouver ma meilleure amie.

Je commençais même à douter de sa mort. Nous n’avions pas retrouvé son corps. Pas encore. J’avais presque mal au cœur par les parents d’Alyana. Je disais presque parce que je me demandais encore si mon cœur battait encore. Je soufflais un long moment exaspéré par ma situation bien trop pathétique à mon goût. J’étais une chasseuse d’ombre, une Gladstone, je ne devais pas avoir le temps de penser à cela ou même d’éprouver cette foutue tristesse. Je ne devais pas me laisser le droit de faire cela. Les sentiments n’étaient qu’un frein.

Je devais arrêter de m’apitoyer minablement sur mon sort. Je n’étais pas terrestre, je connaissais les risques de notre travail. C’était nos engagements, nos risques et nos lois. La seule personne contre laquelle je pouvais être en colère c’était moi-même. Je me levais donc pour enfiler de quoi partir m’entraîner. Par obligation ou à la fin peut-être par plaisir, je m’obligeais à être plus puissante que je ne l’avais jamais été. Je me surpassais autant que cela m’était possible.

Je refusais de stagner, d’attendre que le temps passe comme je l’avais déjà fait une fois. La seule fois coûta la vie à ma meilleure amie. Je n’étais plus dans ce droit de me plaindre, ni même de regretter de ne pas avoir vaincu. Le seul droit que je possédais en ce jour, c’était de me battre comme personne d’autre et de m’acharner pour atteindre un niveau inégalable et qui empêcherait n’importe quelle créature de s’en prendre de nouveau à mes proches.

Je me lançais vers la salle d’entraînement, plutôt déterminée à me battre et surtout à me vider la tête. Je finirais par m’endormir suite à mon épuisement et tout du moins, je l’espérais. J’ouvris la porte sans trop de finesse. Je me pensais seule. À cette heure-là, personne ne restait debout à faire des choses aussi stupides que de s’entraîner à 4h du matin parce que tu n’avais pas assez sommeil pour faire autre chose.

À vrai dire, Simon, je me demandais si je ne pouvais pas appeler Simon pour m’occuper un peu l’esprit, le temps d’une nuit. C’était lui aussi une créature qui vivait dans l’obscurité, un peu comme je l’étais. J’observais ce corps, juste devant moi. Rien que par la violence de ses coups, je sentais l’odeur de son sang,un peu ferreux et pas très attirant. Ca me répugnait presque. Ethan. Je regardais sa main, ensanglantée. Nous étions venus par la même chose, on dirait bien.

Je ne le jugeais pas tellement pour cela. Je savais ce que c’était, d’avoir une certaine pression sur les épaules au point de vouloir se mutiler nous-même lors de nos entraînements. Je posais ma bouteille d’eau sur la table puis j’attrapais deux épées. Lorsqu’il s’adressait à moi, je me retournais de nouveau vers lui, en souriant gentiment. « Salut ! » Répondais-je simplement.

Je glissais les épées dans mes étuis. Je voulais éviter d’utiliser les miennes lorsque je m'entraînais. C’était un peu redondant de les affûter. Je lui lançais une bande lui permettant de calmer le saignement de sa main. Je m’approchais de lui avec ma stèle pour activer sa rune de soin sans dire un mot, sans même lui adresser un réel intérêt. « Tu n’arrives pas à dormir, toi non plus ? » Je haussais les épaules avec une certaine compréhension.

J’étais bien placée pour la comprendre à vrai dire et la dernière pour pouvoir le juger sur cela. Je m’échauffais un peu, de simples mouvements pour réchauffer mes muscles et éviter les blessures stupides. Cela me laissait aussi le temps de pouvoir lui parler, tranquillement. Je ne l’avais pas vu depuis longtemps, ce petit Ethan. Cependant, je l’avais reconnu presque tout de suite.

Il ressemblait beaucoup à son frère. Son grand frère était définitivement un bon chasseur, de ceux qu’on voulait respecter. Il faisait parti du haut de la pyramide, tout comme je l’étais. C’était en partie pour cela qu’on se connaissait à vrai dire. Ethan, quant à lui, ne possédait aucune aptitude semblable aux nôtres. Mais il n’en était pas moins exceptionnel. Ses stratégies permettaient un pourcentage de réussite à la hausse.

« Tu ne devrais pas t’acharner sur un punching-ball à cette heure-là ! Si tu veux vraiment t’améliorer, c’est avec le simulateur que tu y arriveras ! » Je pointais du doigt le petit appareil vers lequel je finissais de me diriger.


☾ anesidora
Sujet: Re: We already met, it seems to me ? [Angelica Gladstone]   Mar 23 Oct - 1:14

Ethan Denvers
Facilis desensus averno
Date d'inscription : 15/09/2018
Messages : 407
Pseudo : Eth'
Age : 20
Crédits : Ash' (Avatar)
Emploi/loisirs : Conseiller stratégique de l'institut de Brooklyn - Stratège
Localisation : New York, Brooklyn
Orientation Sexuelle : Bisexuel(le)
Scenarii : Matthew Denvers ▬ Grand frère
Liens : Angelica Gladstone ▬ Connaissance qui a changé ma vie -> Amie
Anastasia Wayland ▬ Ennemie, Rivale..mais séduisante
Matthew Denvers ▬ Grand frère
Alec Lightwood ▬ Patron -> Ami
Simon Lewis ▬ Connaissance drôle -> Ami
Amara F. Withelaw ▬ Collègue, Connaissance ->Amie


We already met, it seems to me?

Ft. Angelica Gladstone


Que faisait-elle ici ? En voyant ses deux longues épées qu’elle attrapait, j’arrivais à la conclusion qu’elle était bien ici pour s’entraîner, tout comme moi. Je regardais mes mains. Qu’est-ce qui venait de se passer à l’instant ? Comment j’en étais arrivé au point de ne plus pouvoir me contrôler moi-même ? On pourrait presque croire que j’avais essayé de me mutiler. Était-ce le cas ? Ce sentiment à la fois de libération et de douleur, je ne pouvais pas vraiment l’expliquer, mais... c’était si intense ! Je relevai la tête, j’aperçu son petit sourire qui me réchauffa le cœur. J’attrapais avec surprise la bande que la jolie brune m’envoyait, je commençais à défaire celle-ci pour me l’enrouler autour de mes saignements. Cette douleur, je commençais à la ressentir vraiment, ça faisait un mal de chien. Et j’avais toujours cette sensation de gêne. Que pouvait-elle bien penser ?

Elle sorti sa stèle, puis s’avança vers moi. Elle activait ma rune sans dire un mot. Éprouvait-elle de la pitié pour moi ? De la sympathie ? Je ne pouvais pas vraiment le savoir, je n’étais pas habitué à autant de sympathie, hormis avec mon frère, surtout venant d’un Shadowhunter. Mais cette fille, ne pouvait pas être parmi celle que se moquaient du petit garçon que j’étais, qui ne savait pas se battre, non ce n’était pas possible ! Elle m’aurait simplement ignoré comme ils l’ont tous toujours fait. Je ne la connaissais pas et pourtant elle me soignait. Elle rangeait sa stèle, puis se tournait à nouveau vers moi. Je regardais mes poings à présent sans blessures et sang s’échappant au niveau de mes phalanges. Je ne savais que dire, c’est alors que sortit simplement un petit « Merci ! ».

Je souriais à sa question et lui répondait « Oui, c’est exacte. J’ai pris l’habitude de venir m’entraîner lorsque je ne trouve pas le sommeil. ». Elle haussa simplement les épaules, peut-être bien qu’elle comprenait. Elle semblait avoir l’habitude de venir s’entraîner lors des longues nuits comme celle-ci. Quand j’y repense, ça fait vraiment longtemps que je ne l’avais pas vu, je la reconnaissais pourtant. Me reconnaissait-elle ? Notre rencontre avait été frappante pour moi, mais que représentait-elle pour « Angie » ? .

D’ailleurs, je ne connaissais même pas son prénom. J’avais seulement entendu Alec Lightwhood hurler « Angie » à travers l’institut pour appeler la jolie brune qui s’était précipité vers lui, juste après m’avoir mis au sol en quelques secondes et m’aidant pour me relever celles d’après. Elle s’échauffait tranquillement devant moi pendant que je réfléchissais.

Angie ? Quand j’y repense, ce n’était pas l’unique fois où j’avais entendu ce petit surnom. Je n’y avais pas repensé, mais, en la voyant devant moi, et en ayant observé son comportement, je ne pouvais que confirmer. C’était bien la même personne dont mon frère m’avait parlé quand il était à Tokyo. Cette même brune qui se battait avec deux épées se tenait actuellement devant moi. J’avais remarqué, qu’elle n’était plus à l’institut, mais je ne m’étais jamais vraiment posé la question du pourquoi. Elle était donc parti à Tokyo, là où elle avait rencontré Mat.

Mat, tu me manques putain ! Qu’es-tu devenu depuis la dernière fois que tu m’as appelé pour me souhaiter mon anniversaire ?. Si tu ne me donnais pas de nouvelle, c’est sûrement parce que tu étais en mission, encore. Rares étaient les moments où on ne faisait pas appel à toi, on pouvait difficilement se passer de tes capacités sur le terrain.

Je reprenais mes esprits lorsqu’elle s’adressa à moi. Je l’avais toujours fait comme ça après tout, personne n’était là pour me donner des conseils pour m’améliorer. J’écoutais attentivement ce qu’elle me disait. « Eh bien, depuis que je suis ici, j’ai toujours fait comme ça, même si cette fois était un peu différente des autres, je dois te l'avouer ? Oui je ne pensais pas finir mon entrainement avec les mains en sang et me faire surprendre par quelqu'un par la suite, surtout à cette heure là. Je te remercie pour tes conseils, je vais en tenir compte. Par contre du coup, je ne sais pas du tout comment l’utiliser, je vais te regarder un peu si ça ne te dérange pas ? » lui répondais-je en laissant malgré moi un petit sourire se dessiner sur mon visage. Je n’étais pas habitué à autant de sympathie de la part de quelqu’un. Mon frère avait vraiment raison à son sujet.

D'ailleurs elle en connaissait certainement plus à mon sujet que je ne le pouvais. Matthew me connaissait par cœur. Je ne pense pas qu’il ait parlé de moi en détail à Angie bien qu’il en serait capable, mais sûrement plus que j’en connaissais moi-même.
Je la regardais se diriger vers ce fameux simulateur. Je voulais la suivre, mais vallait mieux que je l’observe un instant d’abord. Je me dirigeais vers un banc situé non loin du simulateur. « Et donc toi c’est « Angie, c’est ça ? Tu ne connaîtrais pas mon frère par hasard, Matthew Denvers ? Une grande tête de mûle, brune qui fait pleins de blagues pour amuser les autres

J’avais besoin de ça aussi, parler de mon frère, savoir ce qu’il s’était passé à Tokyo, bien qu’il me racontait un peu chaque année ce qu’il s’était passé de nouveau. Cela m’apaisait lorsque je pensais ou parlais de lui, ça permettait aussi de me rappeler de mes souvenirs avec lui, bien que souvent d’autres, accompagnés de tristesse refaisaient surface aussi. J’avais besoin de l’entendre, de le revoir de mes propres yeux, face à moi, qu’il me serre fort dans ses bras. Qu’il ne me lâche plus, jusqu’à ce que toute ma tristesse, ma colère et ma douleur disparaisse entièrement de mon corps et de mon esprit, ne laissant place qu'à la joie, l'amour et le bonheur.

J’observais attentivement la brune allumant la machine, essayant de discerner une quelconque réaction de sa part. Ma serviette à la main, je m’essuyais le front encore dégoulinant de sueur, je buvais de grande gorgée d’eau en laissant même un peu s’échapper de ma bouche et m’asseyais sur le banc situé à côté de l’appareil.

@Angelica Gladstone
Code by Joy




We already met, it seems to me ? [Angelica Gladstone] Francisco-lachowski-hot-guy-smile-Favim.com-1075154We already met, it seems to me ? [Angelica Gladstone] Tumblr_ob93luqRoe1vb81rko1_500
- I don't want to be anymore that little boy I was before,
but it's hard.. ! -
Sujet: Re: We already met, it seems to me ? [Angelica Gladstone]   Mer 12 Déc - 2:59

avatar
Invité
Invité





We Already Met, It Seems To me ?


You are not alone, you will never be alone. No matter what people say, no matter what they think of you, you do not have to be ashamed to be yourself.

Ses cris pulsaient dans ma tête, ils endormirent presque mes muscles. Même la présence du jeune homme ne me ramenait pas à la réalité. Je la voyais là, devant moi. Elle me répétait que personne ne me vaincrait, que personne ne pourra m’atteindre, parce que j’étais grande, forte, je serais une femme d’envergure, une femme qui n’avait peur de rien. Une femme qui a chaque combat ne fermait jamais les yeux. J’agissais avec une profonde indifférence.

Non pas que je me fichais de ce gars, mais uniquement, car je savais qui il était. Je voyais rien que par sa rage les maux qui semblaient le torturer. Je passais une main sur mon front, pour calmer ce mal de crâne terrible, les conséquences de mes hallucinations. Il me remerciait avec une simplicité déconcertante, je n’ajoutais rien de plus. Ce n’était pas nécessaire de le faire. Tout le monde devrait agir ainsi. Matt m’avait parlé de son petit frère. Assez de fois pour me souvenir de son prénom : Ethan.

Pourtant, je ne possédais vraiment pas la mémoire des prénoms. Mon regard s’arrêtait sur son sourire. Dans ce même visage inexpressif, je secouais la tête comme pour confirmer ce qu’il venait de dire. Pourtant, cela faisait plusieurs semaines que je venais ici et que je ne voyais personne. Nous devions sans doute nous croiser. « Je sais ce que c’est. On est tous hanté par nos démons, je suppose.» Je laissais flotter cette phrase comme si tout me paraissait normal, logique, acceptable. Rien ne l’était. La vie que nous avions tous décidé de mener se montrait juste et légitime, presque altruiste à vrai dire. Éloignée des terrestres et accomplissant l’impossible pour leurs survies, dans l’ombre de leurs pas, parfois, nous nous sentions supérieur à eux.

Il suffisait de voir la solitude de le regard de ce chasseur pour comprendre que nous nous ressemblions plus aux terrestres qu’on l’espérait. Malheureusement, pas dans ses meilleurs côtés. Je me trouvais être la victime de la cruauté humaine teinte sur le monde obscure. Aiden prouvait cela. Il le confirmait et me répugnait aussi. Son image me donnait un haut-le-cœur. Ethan. Ethan. Je me focalisais sur lui et il me disait vaguement quelque chose, hormis les longs récits de son frère, je me souvenais de son visage, de sa déception. Avais-je eu un combat avec lui ? Oui. Oui. C’était bien cela. Un combat qu’il perdait très largement, sans prétention de ma part. Je me voyais même plutôt honorée de l’avoir vaincu, un homme aussi persévérant et courageux méritait tous les honneurs.

Les images de ce moment me revenaient par flash et je ne pus empêcher un sourire naissant s’installer sur mes fines lèvres. Mon conseil lui tenait tant un cœur. Je le sentais par sa réaction. Il n’était définitivement pas très doué dans les relations sociales. Ca m’allait complètement. Je n’aimais pas ça non plus, on se comprendra alors bien plus simplement, et même si ce n’était pas le cas, on s’en tapait, non ? Un long soupir s’échappait de mes narines en l’entendant. Aucune de ses paroles ne me lassait, non, c’était un peu plus l’attitude des autres qui me barbait. « La persévérance est une qualité essentielle pour les chasseurs, tout comme le courage… » Je posais une main sur l’une de mes épées pour la laisser briller à mon contact. Je lui montrais alors le manche avec un certain détachement.

« Je l’ai depuis mes 12 ans, celle-ci. La marque que tu vois, c’est celle de mon acharnement. J’ai passé des années à m’obstiner pour espérer un jour botter le cul de ceux qui le méritent ! » Une esquisse de sourire et ma franchise, la vérité pure. Je ne cachais rien ou presque. Le mensonge représentait le mal, dans son état brut. Personne n’imaginait les dégâts d’un mensonge de cette envergure, ni les dangers d’en connaître la véritable version. « Tout se trouve dans le mental. Uniquement ça. Crois que tu es solide comme du béton armé et tu seras stable sur tes appuis. Pense que ton épée est la continuité de ton bras et elle ferra partie de toi, elle sera ton meilleur atout et ta plus fidèle amie. » Je saisissais ma seconde épée en jouant avec elles.

En utilisant mes poignets, je laissais mes lames fendre l’air dans un mouvement circulaire. Mes épées étaient devenues une partie de moi, tout comme ma jambe, comme mon bras. Voilà, le secret de ma réussite. Je réglais le simulateur tout en gardant du coin de l’œil le cadet Denvers. Il s’asseyait sur le banc, en pensant probablement qu’il me regardait faire. Je roulais des yeux en remplaçant les épées dans mon dos. Ma main se posait sur l’un de mes couteaux de lancers, un seul suffisait pour atteindre juste derrière lui, à quelques centimètres de son visage. « Tu dois trouver ton arme. Ta manière de combattre. Et ce n’est pas en restant assis que tu y arriveras. Tu as déjà fait un entraînement en duo ? » Aucun tact, aucune délicatesse. Je n’étais pas là pour faire dans la dentelle.

Nous étions en pleine nuit et bordel, je m'ennuyais un peu trop pour le laisser attendre patiemment derrière moi. Je détestais l’idée de laisser des gens dans mon dos, comme des boulets. Personne ne l’était. Personne ne devrait s’imaginer l’être. « Angie ou Ange, ce sont mes surnoms. Je m’appelle Angelica en réalité ! » La référence à son frère m’arrachait un rire. Bien sûr que je me souvenais de lui et de sa rage lors de nos combats. Je le rendais dingue à m’échapper comme une savonnette. « Bien-sûr, Matt est vraiment un excellent chasseur et un homme honorable ! Je l’aimais bien. Tu es son petit frère, n’est-ce pas ? Ethan ? Je me souviens de toi, ce jour-là… » Je posais une main derrière ma tête, un peu gênée.

En me dirigeant vers lui, je récupérais mon couteau et j’ajoutais. « Je m’entraîne depuis mes 4 ans, alors, ne sois pas trop sévère envers toi-même, d’accord ?» Je me replaçais au même endroit. Mon regard l’incitait à faire de même. « Tu le vois souvent, Matt, depuis qu’il est à Tokyo ? » Je connaissais déjà la réponse. Elle me semblait claire et logique. Je le savais puisque moi-même, ayant vaincu là-bas et évaluant parfaitement la force de son frère et mon départ, il devait être vraiment beaucoup demandé, sur les missions. Peu de temps pour lui, pour de temps pour son petit frère, peu, bien trop peu. « T’es prêt ? »


☾ anesidora
Sujet: Re: We already met, it seems to me ? [Angelica Gladstone]   Mer 16 Jan - 1:09

Ethan Denvers
Facilis desensus averno
Date d'inscription : 15/09/2018
Messages : 407
Pseudo : Eth'
Age : 20
Crédits : Ash' (Avatar)
Emploi/loisirs : Conseiller stratégique de l'institut de Brooklyn - Stratège
Localisation : New York, Brooklyn
Orientation Sexuelle : Bisexuel(le)
Scenarii : Matthew Denvers ▬ Grand frère
Liens : Angelica Gladstone ▬ Connaissance qui a changé ma vie -> Amie
Anastasia Wayland ▬ Ennemie, Rivale..mais séduisante
Matthew Denvers ▬ Grand frère
Alec Lightwood ▬ Patron -> Ami
Simon Lewis ▬ Connaissance drôle -> Ami
Amara F. Withelaw ▬ Collègue, Connaissance ->Amie


We already met, it seems to me?

Ft. Angelica Gladstone


Je l’observais avec attention. Son regard se stoppa, comme hypnotisé, en train de regarder quelque chose. L’instant d’après, c’est comme si elle revenait d’un autre monde, exactement comme ce qui c’était passé lorsqu'il m'était impossible de m'arrêter de frapper le sac. Elle passait une main sur son front et semblait comme revenir à la réalité. Ces paroles ne venaient que confirmer ce que je pensais. Et j’avais comme l’intuition que la scène à laquelle je venais d’assister, n’était pas un simple au hasard.

Elle venait en pleine nuit dans le même objectif. Elle aussi, comme elle disait, était hantée par des démons. « Oui, je suppose, et chacun à sa manière de les extérioriser en quelque sorte ». A la vue du monde que je croisais, autant dire presque personne, sortir la nuit de son lit pour aller s’entraîner ne semblait pas la manière la plus adoptée. C’était une méthode comme une autre après tout, pour moi, c’était simplement la plus efficace, tout comme il semblerait, pour la jolie brune qui se tenait devant moi.
Je détournais le regard quelques instants, plongeant dans mes pensées, repensant à mon frère, cette fille. Pourquoi le monde est si dur avec nous ? Avons-nous fait quelque chose pour mériter ça ?

Je l’écoutais attentivement. Ses paroles donnaient tellement d’espoir, ça me rappelait un peu les paroles de Mat, lui aussi me faisait ce genre de petits discours. La persévérance oui, Mat me le disait. « J’ai toujours essayé de donner le maximum de mes capacités, parfois, même un peu trop.. » Je repensais, en me touchant le flanc droit, à cette stupide blessure dont on pouvait encore y voir la trace aujourd’hui.

Elle commença à poser une main sur une de ses grandes épées. Elle me montrait le manche tout en m’expliquant ce qu’elle représentait pour elle. Cette épée, elle en était fière, c’était certain. Ce petit sourire à peine perceptible ne venait que confirmer cela. Je lui répondais avec un léger amusement « Dans ce cas, cette épée t’est vraiment très utile et le sera toute ta vie quand on voit le nombre de mauvaises personnes dans notre monde. » Je levais en même temps les yeux aux ciels et effectuai une légère pression  au niveau de mon poing. Ça me révoltait, toute cette injustice, tous ces maux qui s’installaient tranquillement dans notre société, parfois sans que personne ne dise rien.

Un petit sourire se dessina sur mon visage, tandis que je reprenais avec assurance : « On est là pour ça, protéger les humains et botter le cul de ceux qui le méritent, on s’est entraînés pour ça. Bien que je sois plutôt, non pas celui qui botte des culs, mais celui qui aide à ce que ça se passe plus vite et plus rapidement et dans la meilleure des conditions pour les chasseurs. Je donnerais toujours mon possible pour que tout ce passe aux mieux »

Elle continuait son discours et je l’écoutais de nouveau avec admiration puis lui répondais. « Eh bien, pour ce qui est de mon meilleur ami jusqu'à maintenant, je suppose que c’est mon cerveau, je n’ai toujours compté que sur lui pour m’en sortir et j’ai toujours réussi ou presque tout ce que j’entreprenais ». Elle commença à saisir son épée avec fermeté et commença à les faire tournoyer avec une certaine élégance. Ça la rendait vraiment.. badasse, je n’avais pas d’autre mot qui me venait à ce moment précis.

Je l’observais tranquillement régler son simulateur préparant à être attentif à ces mouvements et sa manière de bien faire les choses.
Le premier mouvement que je pus à peine apercevoir, était en fait celui son bras qui venait de se déplier intégralement laissant échapper un de ses couteaux à la vitesse d’une fusée qui se retrouva à quelques centimètres de ma face. Qu’est-ce que ? Je ne bougeais plus ! Mon cœur semis à tambouriner ma poitrine. Je tournais légèrement la tête apercevant du coin de mon œil, la lame qui venait de se planter en une fraction de seconde, à quelques centimètres de mon visage seulement. Je laissais s’échapper, sans aucune rétention de ma part un petit « OH PUTAIN PAR L'ANGE ».J’avoue que je ne m’y attendais pas à celle-là, mais alors pas du tout... Jamais de la vie, je n’aurais pensé, un jour voir un couteau arriver sur ma face et le voir se planter à quelques centimètres de moi. « C’était quoi ça, un genre de test ? »

Je me remettais doucement de ce petit choc émotionnel, mon cœur commençais à ralentir puis je l’interrogeai : « Tu fais ça avec tout le monde rassure moi ? » Je débitais des paroles, qui me semblaient en y réfléchissant un peu trop spontanées à mon goût, sans aucun raisonnement, aucune retenue, aucun contrôle, mon cerveau semblait être sur OFF pendant une fraction de seconde et je n'aimais pas ça.

Elle continuait comme si de rien n’était. Cette fille était bien la même que celle qui m’avait écrasé lors d’un entraînement sans aucune retenue, sans aucun tact. Cet acharnement au combat, je le retrouvais dans ses paroles, pures, et sincères. Mon arme ? Ah euh bonne question, la dernière fois que j’ai touché à une arme, c’était-il y a déjà bien longtemps, je ne pensais pas reprendre de sitôt à vrai dire. Je lui rétorquai « Ouai, j’avais cru comprendre que c’était le problème que je reste assis », je me frottais la nuque tout en laisser s’échapper un sourire totalement nié et stupide. Me trouvait-elle stupide actuellement ? La situation me rendait mal à l’aise, mais il y avait cette petite sensation d’excitation traversant tout mon corps qui m’incitait à redevenir sérieux et donner le meilleur de moi-même.

Je relâchais mes membres et lui répondit avec affirmation. « Eh bien sans prendre en compte les entraînements forcés quand j’étais plus petit, je ne me suis pas vraiment entraîné avec quelqu’un à part mon frère à vrai dire. » C’était le seul avec qui je prenais plaisir à me battre, c’était à la fois sérieux et à la fois un moment de complicité entre nous, j’aimais vraiment ces moments avec lui. Ça me manque vraiment tout ça Mat, tu sais, tu me manques Mat !

C’est vrai, « Angie », il l’avait toujours appelé comme ça, il la considérait vraiment comme une bonne amie, il ne me parlait pas beaucoup de tout ce qui se passait là-haut, il n’avait pas vraiment le temps. Mais une chose était sûre, Mat la considérait au moins comme sa meilleure amie. Lorsque je lui posai la question sur Mat, il ne fallut que peu de temps pour entendre un petit rire sortir de sa bouche, je me demandais bien à quoi elle pensait.

Avec Mat, je pouvais m’attendre à tout. Il était vraiment difficile de le louper. Entre son attitude de leader et ses blagues quotidiennes, les journées avec lui n’étaient pas ennuyantes. Ces paroles me réchauffaient le cœur. « Je suppose que tu as eu le droit à ses super vannes ? » Je rigolais à mon tour. « Oui, c’est exact, je suis son petit frère Ethan. Oui ce jour-là…» Je me frottais moi aussi la nuque un peu gêné de la situation. « Tu étais meilleure, plus entraînée et plus âgée comme tu m’as très bien dit, je ne pouvais rien y faire » je haussais les épaules en lui faisant un petit sourire qui se voulait rassurant.

Elle se dirigea vers moi, récupéra le couteau encore planté dans le mur. « Je vais tâcher d’y penser. Après tout ce n’est qu’un entraînement, c’est fait pour ça, s’entraîner ! » Son regard m’invitait à prendre place face à elle. Je me levais tout en répondant à cette question qui me laissa un petit sentiment de mélancolie qui se répercutait dans mes paroles « Non pas vraiment, j’ai le droit à quelques appels seulement, rien de plus, il est très souvent en mission. Je suppose que quand tu étais à Tokyo, tu n’avais pas beaucoup de temps libre non plus toi ? »

Ses quelques mots me sortirent les pensées qui trottaient dans ma tête. Je me mis en position. « Quand tu veux ! »


@Angelica Gladstone
Code by Joy




We already met, it seems to me ? [Angelica Gladstone] Francisco-lachowski-hot-guy-smile-Favim.com-1075154We already met, it seems to me ? [Angelica Gladstone] Tumblr_ob93luqRoe1vb81rko1_500
- I don't want to be anymore that little boy I was before,
but it's hard.. ! -
Sujet: Re: We already met, it seems to me ? [Angelica Gladstone]   

Contenu sponsorisé

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum