RSS
RSS



 

For your great unpleasure - Vénus & Ethan

Sujet: For your great unpleasure - Vénus & Ethan    Mar 23 Oct - 12:19

avatar
Invité
Invité

( For your great unpleasure )
Vénus ajouta une touche de bleu à son tableau et contempla la vue de Versailles et de tous les courtisans étant représenté là, comme dans son souvenir. Elle soupira doucement et claqua des doigts, le tableau prit lentement feu pour ne laisser plus rien sur son passage à part des cendres. Elle ne voulait plus penser à cette vie qu'elle avait menée là-bas, alors elle se balada dans son grand appartement en observant les nombreuses toiles qu'elle avait collectionné au fil des siècles. Elle avait aidé plein d'artistes à se faire un nom. À un moment elle s'arrêta sur la toile représentant Londres, son ancien manoir où elle avait organiser les plus grandes fêtes d'Angleterre. Voilà ce dont elle avait besoin, de faire une fête, une fête spéciale Halloween bien sûr. Elle sentit l'excitation mettre le bout de son nez et elle s'apprêtait à aller chercher des décorations quand son téléphone sonna. Elle répondit rapidement et eut un petit sourire narquois. On réclamait sa présence à l'Institut pour une question sur la magie apparemment, Magnus était déjà occupé. Elle allait pouvoir embêter Ethan et sur cette pensée, elle créa un portail jusqu'aux portes de l'institut. Elle vérifia rapidement sa tenue : des collants rayés noir et blanc, une jupe patineuse noire et un pull orange au-dessus de sa jupe. Elle lissa le bord de son chapeau noir avant d'entrer dans l'institut avec ce même sourire. Vénus a toujours aimé embêter les gens surtout lorsqu'elle s'ennuie, mais avec Ethan, c'est pour une toute autre raison. Ethan est comme un défi pour elle, est-ce qu'aujourd'hui, il va sourire voir même rigoler. Pour l'instant, elle n'a eu droit qu'à une moue étrange à son égard. Elle aimerait bien entendre son rire au moins une fois, c'est étrange même pour elle cette espèce d'obsession à son égard, mais elle n'y prête pas vraiment d'attention. Elle se dirigea rapidement vers la salle d'entraînement et observa les corps remplis de sueurs des chasseurs d'ombres s'entraînant là avec une moue de dégoût et s'en alla rapidement en constatant qu'il n'était pas là. Elle monta donc les escaliers et se balada de salle en salle avant d'arriver à la bibliothèque. Bientôt, son livre serait ici peut-être afin d'aider les sorciers et chasseurs d'ombres. Elle fit une grimace en voyant certains livres mal rangés et eut une furieuse envie de les remettre à la bonne place. Elle s'avança encore et trouva Ethan. Enfin. Il était en train de jouer aux échecs, seul. Toujours en train de froncer les sourcils d'ailleurs. Elle s'éclaircit la voix pour qu'il la remarque et s'assit en face d'Ethan avec un grand sourire sur le visage « Comment te portes-tu ?» Elle observa les environs et fit apparaître une tasse de thé en face d'elle. Elle but une gorgée et demanda alors au brun « Veut-tu boire du thé ? Il est très bon, je l'ai fait venir spécialement d'Angleterre, mais si tu veux, j'en ai aussi de Chine.» Elle jeta alors un regard au plateau d'échec et fronça elle aussi les sourcils. Avec une main, elle déplaça un pion. En vérité, elle n'est pas très bonne aux échecs ce qui a toujours bien fait rire tout le monde. Elle n'a jamais vraiment compris les règles, par exemple, pourquoi la reine devrait toujours protéger le roi et pas l'inverse ? C'est un mystère pour elle.

( Pando )
Sujet: Re: For your great unpleasure - Vénus & Ethan    Mer 24 Oct - 17:00

avatar
Invité
Invité


For my great unpleasure !

Ft. Vénus Stuart

La soirée avait été mouvementée hier, une soirée plutôt habituelle, mais tout de même bien épuisante. Surtout, quand on a déjà du retard dans son sommeil. De plus, Alec avait pris sa soirée, je devais gérer un peu plus de truc. Ce matin j’avais pu profiter de ma matinée tranquillement, depuis le temps que j’attendais ça. Pour commencer, j’étais resté bien au chaud dans ma couette au fond de mon lit, quelques heures de plus que d’habitude.

Rien ne me pressait, c’était en quelque sorte un jour de repos aujourd’hui, Alec m’avais clairement dit de passer une journée calme et de me reposer. Il ne m’épargnait pas, il m’assignait à toute sorte de mission où était nécessaire une vraie construction stratégique. C’était certes épuisant, mais ça ne me dérangeait pas vraiment plus que ça. À vrai dire, j’aimais bien quand on faisait appel à moi, ce sentiment d’utilité et de reconnaissance, j’en avais besoin. Il y a déjà une dizaine d’années de ça, je n’avais pas du tout le même avis là-dessus, je faisais mon taf et je me fichais de ce que les autres pouvaient bien penser de moi ou de mon travail. D’ailleurs ils ne s’en intéressaient pas plus que l’importance que j’avais de leurs avis, autant dire, pas du tout. Mais aujourd’hui, c’était bien différent avec tous les récents évènements, je me disais qu’il fallait peut-être changer un peu et ce n’était pas l’étape la plus simple de ma vie, je devais le reconnaître.

Je me réveillais doucement, prenais une bonne douche en me rappelant de la sensation de prendre une douche comme celle-là. Celle où tu laisses simplement l’eau couler sur toi pendant de longues minutes. Pendant cet instant où les émotions refont surface ou parfois les larmes se mélange à l’eau coulant sur ton visage. Je sortais puis m’essuyais le corps laissant mes cheveux encore un peu humides. Je sortais de ma chambre après avoir enfilé une petite tenue décontractée. Je me dirigeais vers la cuisine pour manger un bout. Je croisais quelques personnes que je connaissais, je leur adressais un petit signe de la tête accompagné d’un petit « salut » avec un sourire assez large. Ce n’était pas tous les jours qu’on pouvait me voir comme ça, mais cette journée s’annonçait vraiment bien pour moi, je pouvais faire ce que je voulais. Le seul ordre qu’Alec m’avait donné était de profiter de ma journée et revenir vers 18-19h si jamais je décidais de sortir. On devait faire un petit point sur les dossiers de l’institut.

Je sortais de la cuisine, cette fois, j’avais envie de me poser à la bibliothèque. Cette pièce était vraiment calme et ça permettait de vraiment se reposer le cerveau, surtout un cerveau comme le mien. Je montais les escaliers, me dirigeais vers la bibliothèque. J’entrais et attrapais dans un placard, un magnifique jeu d’échec en bois. La sculpture et la forme des pièces de ce jeu-là étaient finement façonnées. Vraiment magnifique !

Je trouvais une petite table au fond de la bibliothèque, assez discrète pour ne pas qu’on vienne me déranger. Mon côté maniaque me poussa à ranger et aligner comme il faut les livres sur l’étagère qui se trouvait juste devant moi. Je commençais à disposer les pièces sur le jeu. Je mettais en place des mises en situation. Dans ma tête, s’affichait presque instantanément, à la vue de la disposition de chaque pion sur le plateau, le chemin à suivre pour parvenir à l’échec et math. Comme habituellement, selon la situation, quelques coups suffisaient pour gagner. Quand je jouais, je fronçais toujours les sourcils suivi d’un grand sourire, c’était une façon de dire que j’étais en train de réfléchir et que la partie était déjà terminée.

Dans ma tête, tournaient à la chaîne les solutions, quand je sentis une présence assez… oppressante juste devant moi, je pouvais même en apercevoir l’ombre sur le plateau d’échecs. Je restais la tête baissée quand j’entendis cette voix. La voix de cette même personne qui m’avait beaucoup trop collée la dernière fois que je l’avais vu. Oh non pas encore ? Dites-moi pas que… Je relevais la tête.

C’était évidemment elle. Vénus Stuart si je me souvenais bien. Elle s’asseyait juste en face devant moi avec un grand sourire bêta sur son visage d’enfant. Si je ne lui répondais pas, elle n’allait pas me lâcher. Je répondais alors à sa question. « Bien, je te remercie et toi ? » Non Ethan ! Pourquoi tu lui reposes une question ? Mais quel imbécile ! Une tasse venait d’apparaître devant elle, la prochaine était pour moi, je suppose... « Eh bien en vérité, je viens de terminer de manger, j’ai le ventre un peu plein ! » Je saisissais avec plaisir cette opportunité de refuser.

Elle leva sa main au-dessus du plateau et déplaça un pion. Elle venait de déplacer un de mes miens… « Les noirs, ce sont les miens ! » lançais-je de manière un peu blasée. Elle ne devait pas être très douée pour ne même pas savoir la couleur qui était « la sienne ». Intérieurement, j’en rigolais, un rire de moquerie bien évidemment. C’était toujours plus agréable qu’à la soirée de Magnus à l’institut, bien que c’était aussi un moment gênant et oppressant pour moi.

Je sentais qu’elle n’était pas prête de partir d’ailleurs. Évidemment, il fallait que ce soit sur un jour calme et surtout un jour de repos qui se déroulait si bien… !

@Vénus Stuart
Code by Joy

Sujet: Re: For your great unpleasure - Vénus & Ethan    Mer 24 Oct - 19:16

avatar
Invité
Invité

( For your great unpleasure )
Vénus s'empourpra lorsqu'Ethan lui fit remarquer qu'elle avait déplacé les mauvais pions. Elle détestait ne pas savoir faire quelque chose ou ne pas être capable de quelque chose. C'était une chose qu'elle avait héritée de son enfance. À l'époque, les filles et les garçons avaient des éducations différentes et Vénus implorait sa mère adoptive de lui donner les mêmes précepteurs que les autres garçons qu'elle croisait. Elle voulait comprendre et c'était une chose que personne à l'époque ne voulait entendre de la part d'une fille. On ne voulait pas qu'elle réfléchisse, mais seulement qu'elle obéisse alors lorsque Vénus a compris ça, elle a commencer à s'instruire auprès des intellectuels, à lire, à apprendre pleins de langues pour être à la hauteur de tous les hommes de la Cour. Cependant jouer aux échecs n'a jamais été sa priorité. Elle avait préféré s'intéresser à la science, à la philosophie, à la littérature ou à la politique. Elle se sentit un peu gênée de ne pas savoir jouer à ce jeu si commun aujourd'hui pour détourner de sujet, elle répondit  « Il fut un temps où un gentleman n'aurait jamais refusé une tasse de thé proposé par une femme. J'imagine que les bonnes manières se perdent.» Finit-elle de dire avec un petit sourire narquois et but une autre gorgée de sa boisson. Elle reposa sa tasse désormais vide et elle disparut dans une petite étincelle. Vénus épousseta sa jupe et lui dit avec un vrai sourire d'enfant cette fois « Pour répondre à ta première question, je vais très bien, c'est bientôt Halloween et je compte organiser une fête extraordinairement éblouissante, tu veux venir ?» Vénus sait déjà d'avance qu'il va refuser, il est beaucoup trop sérieux et trouve ça puéril sûrement. Les fêtes ont toujours été un bon moyen pour Vénus de nouer des relations, des alliances politiques, mais aussi de réunir les gens autour d'un bon repas et de bonnes activités. Elle adore sentir l'énergie se dégageant des gens à ce moment précis : entre excitation et bonheur. Oui, elle avait toujours aimé ça. Tout comme elle a toujours aimer Halloween. Halloween a toujours été sa fête préférée, probablement parce que pendant un instant, tout le monde veut devenir un monstre et simplement s'amuser. En Angleterre, elle a toujours organisé des fêtes incroyables, elle faisait toujours en sorte d'inviter des personnes ne pouvant pas créer de problèmes, elle s'est rapidement taillée une réputation dans ce domaine d'ailleurs, si bien que lorsqu'elle n'en faisait pas une au moins une fois par mois, les gens venaient la voir pour la solliciter et lui demander ce qui n'allait pas. Elle allait devoir prévenir Elizabeth pour qu'elle l'aide à organiser cette fête au plus vite, elle enverrait peut-être une invitation à la plupart des gens de l'Institut et aux fées aussi parce qu'elle les a toujours adorées puis les amis vampires d'Elizabeth. Elle ne pourrait pas inviter de loups-garous à cause des vampires. Elle allait devoir trouver une solution comme pour un autre problème « Costume exigé et ne vient pas "déguiser" en chasseur d'ombre s'il te plaît, tu ferais tâche. Je pense que j'organiserai un concours de déguisement avec un voyage à Venise à gagner, j'ai toujours adoré cette ville pas toi ? D'ailleurs, pour ce genre de soirée, c'est mieux de commander à manger ou de faire à manger ? Je ne sais jamais quoi faire.» Elle eut un petit rire nerveux. La cuisine n'a jamais été son fort. Déjà, parce qu'elle n'a jamais eu besoin d'en faire, mais surtout qu'on ne lui a jamais appris à la faire du coup même quand elle essaye en suivant une recette, elle finit par tout rater et la nourriture devient infect. C'est comme une malédiction pour elle si bien qu'un jour, elle s'est demandé si un sorcier ne lui avait pas lancer une malédiction sur la nourriture. Elle se mit à observer le jeu d'échec et avec hésitation prit un pion blanc et le regarda un moment dans le creux de sa main avant de le déplacer d'une case. Elle devrait essayer de jouer pour comprendre le jeu puis tant pis si elle se ridiculisait devant lui. La prochaine fois qu'elle le verra, elle sera une pro des échecs comme ça, il ne pourra pas la contempler de son air blasé.

 

( Pando )
Sujet: Re: For your great unpleasure - Vénus & Ethan    Sam 27 Oct - 18:39

avatar
Invité
Invité


For my great unpleasure !

Ft. Vénus Stuart

Je continuais de regarder le plateau, toujours en observant la position de chaque pion disposé sur celui-ci. Cette mise en situation, était assez basique en fin de compte, je devais veiller à garder ma reine en arrière et bloquer son roi avec mon cavalier et faire en sorte que si celui-ci était mangé, l’échec et mat était assuré.

Je la regardais du coin de l’œil, ma réflexion venait de la faire légèrement rougir, elle semblait un peu gênée. Je m’en voulais presque. Je savais très bien ce que ça faisait, à ne pas connaître ou ne pas savoir quelque chose dans mon cas. Chacun aimait quelque chose qui lui était propre, parfois cela pouvait paraître étrange, et même inutile et décevant pour beaucoup, mais après tout, ça ne regarde que nous. Chacun accorde son importance, à ce qu’il veut et si ça ne plaît pas aux autres et bien tant pis. Je me devais de la « rassurer », je ne suis pas un monstre qui se moque de tout le monde je me moque de se que font les autres, cela m'importe peu. J’avais mon petit monde à moi, si personne ne pouvait le comprendre et bien peu importe ! Je lui lâchais alors « Tout le monde n’est pas né avec un jeu d’échec ente les mains ! » Et d’ailleurs, je ne pense pas que ce jeu existait à son époque, avec plus de 400 ans, c’est normal qu’on ne connaisse pas les mêmes choses.

Je ne devrais pas lui porter trop d’attention quand même sinon elle n’allait encore pas me lâcher la grappe. Je rigolais intérieurement, je supposais qu’elle voulait détourner le sujet, soit. « Eh bien je ne suis peut-être tout simplement pas un gentleman et de toute manière, les choses évolues et encore heureux d’ailleurs. Les choses actuelles ne seraient pas telles qu’elles sont, les traités de paix entre l’Enclave et toutes les créatures obscures, actuellement en train de se faire n’existeraient même pas et je ne sais pas où nous en serions aujourd’hui ».

Elle posa sa tasse après avoir bu une petite gorgée, puis la fit disparaître. Je levais les yeux quant à sa question. « Halloween, je suppose que c’est une fête de terrestre encore ça ? Et qu’y fait-on à cette fête ? » Je ne sais pas ce qu’elle pouvait bien trouver à toutes ces fêtes terrestres. Pour moi les terrestres étaient un peu comme les créatures obscures, toujours à se battre pour telle ou telle raison stupide. Ils sont voués à s’autodétruire. Haa et la stupidité du terrestre ça aussi, on peut en parler. D’ailleurs, ils croient en quelque chose qui n’existe même pas alors que c’est juste nous, les Shadowhunters qui les protégeaient du mal. Toutes ces souffrances endurées pour eux ! Tout ça pour dire que je n’éprouve aucune affection particulière aux terrestres, je faisais seulement mon devoir, les protéger comme tout bon Shadowhunter.

Ça ne m’enchantait pas vraiment de venir à une de ces fêtes puériles, surtout si c’était une occasion de plus pour que Vénus me colle aux baskets ! « Eh bien, ce n'est pas vraiment des choses qui m’intéressent à vrai dire. Tu comptes inviter qui d’autres ? » Des fois, que j’ai envie de me changer les idées, ça pourrait être une solution de secours, seulement si j’étais sûr qu’elle ne me collerait pas pendant toute la fête, pour ça, il fallait que quelqu’un que je connaisse bien veuille y aller aussi. Ce qui n’était pas gagné étant donné que je ne connaissais pas beaucoup de monde. « Je vais quand même y réfléchir ! » lui disait-je sans trop de conviction.

Parce qu’il faut se déguiser en plus, encore une tradition terrestre stupide. « Eh bien, je ne connais rien à cette fête, tu sais, c’est de la culture terrestre pour nous les Shadowhunters, rien d’autres, nous ne conaissons rien à cela », lui disait-je tout en levant les yeux ciel. Venise super… comme si j’avais le temps pour voyager.

Si j’en avais, j’aurais d’ailleurs préféré pouvoir partir à Tokyo, pour revoir mon frère de mes propres yeux. Mat si seulement tu pouvais revenir, je serais plus heureux que jamais. Chacune de nos missions que ce soit pour toi ou moi, était bien trop importante pour qu’on les laisse simplement de côté. Quand bien même il y aurait un jour où je n’avais pas de mission, c’était plus compliqué pour Mat, il allait sur le terrain, il avait des missions d’infiltration qui pouvaient prendre plusieurs semaines. Matthew, c’est un meneur, tout le monde compte et se repose sur lui. Il ne peut pas se laisser emporter par ses émotions à présent. Il ne peut pas simplement venir voir son petit frère, ne serait-ce qu’une journée. Ses responsabilités sont bien trop importantes…

Je repris mes esprits qui venaient de s’échapper pour me re concentrer sur l’instant. « Eh bien, je n’ai jamais voyagé, je ne connais que New-York ! Eh bien peut-être il serait mieux de commander, tu aurais plus de temps pour le reste ! » Oui, il valait mieux, surtout si elle était aussi douée qu’elle le disait, le repas allait finir cramé. Comme elle lui avait raconté lors de la soirée de Magnus à l’institut.

J’apercevais un petit rire sur son visage, Peut-être qu’elle se rappelait justement de son repas cramé, un rictus apparut sur mon visage. Elle se concentra tout à coup sur le plateau, pris un pion blanc cette fois-ci. Je voyais qu’elle persistait à comprendre ce jeu malgré qu’elle soir un peu… nulle sur ce celui-ci.

Sans regarder le plateau, je la regardais elle dans les yeux, tout content de moi et amusé, je lui lançai « Échec et mat ! ». Comme je l’avais prédit, son roi était coincé par ses pions et par un de mes cavaliers. Si elle prenait mon cavalier avec son roi, mon fou était positionné pour manger son roi juste après. Il ne pouvait pas non plus avancer, ma reine était face au sien à seulement quelques cases sans qu’elle soit en danger. La partie était terminée une fois de plus ! Après elle était arrivée en cours de partie, mais bon, de toute manière ça n’aurait pas changé grand-chose au résultat final, je gagnais toujours !

@Vénus Stuart
Code by Joy

Sujet: Re: For your great unpleasure - Vénus & Ethan    

Contenu sponsorisé

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum